Société
15:07 16 juillet 2016 | mise à jour le: 16 juillet 2016 à 15:07 temps de lecture: 3 minutes

Rap jeunesse: les travailleurs de rue mieux outillés sur le terrain

ORGANISME. Les temps sont durs pour les organismes employant des travailleurs de rue, en raison de coupes dans les subventions publiques. Rap jeunesse des Laurentides parvient néanmoins à bien tirer son épingle du jeu en réussissant non seulement à maintenir ses services, mais également à les bonifier. Ainsi, ses intervenants se préparent notamment à intégrer le numérique dans leur pratique sur le terrain grâce à l’acquisition de tablettes électroniques.

L’initiative s’inscrit dans le cadre d’un programme mis en place par Telus afin de réduire la fracture numérique. «L’inaccessibilité de la technologie numérique à une certaine frange de la population fait en sorte que tu peux être défavorisé pour obtenir des services», explique le coordonnateur, Steve Richard. L’organisme, qui dessert la couronne nord de Québec, bénéficiera ainsi d’une subvention de 5000$ pour s’équiper en matériel électronique.

M. Richard donne l’exemple de formulaires à remplir que le travailleur de rue remet parfois au jeune afin de recevoir l’aide nécessaire. Une fois seul avec les documents en main, il risque de les jeter à la poubelle faute d’avoir été accompagné et soutenu dans le processus. La tablette, en donnant accès au formulaire en ligne qui pourra être complété sur place, permet ainsi de remédier à une telle situation.

Dépliants et autres bottins de ressources seront également désormais «disponibles à portée de clic». La pratique des travailleurs n’en sera donc que plus efficace, avec une capacité d’action plus rapide auprès de la jeunesse.

Pour autant, le coordonnateur y voit surtout «un outil de plus dans le sac à dos du travailleur de rue», dont la tâche principale demeure encore et toujours de partager la quotidienneté des jeunes pour établir des liens de confiance. En cela, la relation humaine continuera d’avoir le dessus sur la technologie, assure-t-il.

Centraide à la rescousse

Cette subvention de Telus témoigne par ailleurs des efforts de Rap jeunesse pour dénicher des sources privées afin de pallier le manque à gagner en matière de financement public. À ce chapitre, l’organisme a reçu dernièrement d’excellentes nouvelles: après un soutien financier de 35 000$ l’an dernier, Centraide a réitéré son appui en l’enrichissant de 7000$.

«Ça permet de souffler un peu après des années d’incertitude, de bonifier notre pratique dans l’ensemble de notre mission et d’améliorer les conditions de travail des travailleurs de rue», se félicite Steve Richard. Il se réjouit d’autant plus que cette collaboration avec Centraide s’annonce récurrente, « tant et aussi longtemps qu’on fera du bon travail».

À lire aussi : Moins de fonds pour les travailleurs de rue de Québec

Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *