Société
21:35 22 janvier 2017 | mise à jour le: 22 janvier 2017 à 21:35 temps de lecture: 4 minutes

La tête dans les nuages en guise de récompense

ÉDUCATION. Trop souvent exclus des activités parascolaires réservées à l’élite, des élèves de Québec ayant des difficultés d’adaptation et d’apprentissage ont pu bénéficier d’une occasion unique destinée à récompenser leur cheminement académique. Ils ont été invités, dimanche, à réaliser pour la plupart une première expérience en avion visant à les amener la tête dans les nuages pour voir leur monde d’en haut.

Apprécié autant des jeunes que des parents, le projet était l’initiative de la duchesse de Charlesbourg, Claudine Julien. L’ambassadrice du Carnaval de Québec a profité de la gracieuse collaboration de Dany Gagnon, copropriétaire de Chrono Aviation, pour concrétiser son souhait de faire vivre une expérience enrichissante à une dizaine d’élèves particuliers. Les participants sélectionnés se sont démarqués par leur implication et leur persévérance en classe.

En tant que duchesse engagée dans son milieu, Claudine porte la cause du Centre psychopédagogique de Québec. Par le biais de l’École Saint-François, celui-ci a pour mission de scolariser des élèves en difficultés d’adaptation sur les plans personnel, scolaire et social. Dans cette optique, il priorise la mise en place d’un milieu scolaire riche en occasions d’apprentissage, afin de les aider à rester motivés pour développer leur potentiel.

«Mon intention consiste à leur donner la chance de prendre part à une activité qui les sort de leur routine. Pour susciter chez eux la capacité d’avoir des rêves et, surtout, de voir qu’il est possible de les accomplir. En plus de les féliciter pour leur accomplissement, c’est une façon de les encourager à continuer et, qui sait, peut-être même de faire naître une passion pour l’aviation», explique la duchesse de Charlesbourg.

Elle-même maman de trois enfants choyés et suivant un parcours scolaire sans heurts, Claudine Julien tenait à contribuer à l’essor et à l’épanouissement d’élèves de la région qui ont moins de chance. «Je veux donner des outils à ces jeunes qui en ont besoin pour se développer et contribuer à la société. C’est dans ce but que toutes les retombées de ma participation à la vente de la bougie du Carnaval iront au Centre psychopédagogique de Québec», soutient la femme déterminée à faire une différence.

Besoins à combler

Venue accompagner ses élèves jusque sur la piste de décollage, la directrice de l’École Saint-François, Brigitte Trudel, salue cette initiative. À son avis, cela représente pour la plupart un premier vol en avion. Il s’agit d’une expérience unique qu’ils ne revivront peut-être jamais. Elle est fière de constater que les jeunes qui y prennent part ont fait preuve de détermination et ont puisé dans leurs forces pour réussir un projet et atteindre un objectif.

«C’est grandiose pour eux de raccrocher et de persévérer, alors que le réseau scolaire les a abandonnés en étant incapable de leur fournir les services requis par leurs besoins particuliers. Avec une telle activité, ils passent d’exclus des activités parascolaires toujours destinées aux plus performants à privilégiés pour une fois. De les voir si excités et enthousiastes d’avoir gagné leur place sur ce vol d’avion exclusif, c’est pour ça qu’on se lève chaque matin et qu’on entretient la flamme en eux», indique Mme Trudel.

Présents pour partager l’excitation, les parents aussi apprécient l’initiative du Carnaval et de Chrono Aviation. «Ce genre de projet ne peut qu’aider à la motivation et à la stimulation de nos jeunes. Ils n’ont certainement pas eu un cheminement scolaire facile. Alors, on se dit que ça peut devenir la petite étincelle qui fera naître une ambition et favoriser le développement d’une passion. Nous en sommes très reconnaissants», témoignent Manon Lefebvre et Christian Dubé.

TC Media

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *