Société
15:14 26 mai 2015 | mise à jour le: 26 mai 2015 à 15:14 temps de lecture: 2 minutes

Inauguration du nouveau milieu de vie de Deuil-Jeunesse

ORGANISME. Le 25 mai, c’est dans une atmosphère de fébrilité qu’ont été inaugurés les nouveaux lieux de service de Deuil-Jeunesse, désormais situés au 8007, boulevard Mathieu. Plus d’une centaine d’invités ont souligné cet événement qui marque un cap important dans l’histoire de l’organisme, maintenant propriétaire d’une maison bien à lui pour y accompagner familles, enfants et adolescents endeuillés.

«Pour moi, c’est une grande réalisation, une grande fierté. C’est difficile encore aujourd’hui à décrire, parce que c’est un rêve qui vient tout juste de devenir palpable», a déclaré Josée Masson. À ce titre, la directrice générale n’a pas manqué de remercier la plateforme La Ruche qui, l’an dernier, s’est saisie de ce rêve pour en faire l’objet d’une campagne de financement participatif. Laquelle, visiblement, a porté fruit au-delà des attentes.

Parmi les récompenses proposées en échange d’un don, il y avait celle de s’approprier une pièce en mémoire d’une personne décédée, dont le nom et la personnalité allaient colorer le lieu. Six chambres personnalisées ont ainsi été dévoilées aux visiteurs avec grande émotion, en compagnie de ceux et celles qui les avaient baptisées.

On sentait certes des sentiments partagés dans l’assistance réunie pour l’occasion, la présence de plusieurs signifiant douloureusement la perte d’un être cher pour laquelle on avait fait appel à Deuil-Jeunesse. Mais il y avait aussi ce doux sourire qui éclairait les visages à l’idée que l’organisme bénéficierait désormais d’un lieu mieux adapté aux besoins d’une clientèle vivant des moments difficiles.

L’espace disponible à la nouvelle adresse permettra d’ailleurs d’augmenter l’offre de services qui, sous forme d’intervention, de consultation, d’accompagnement, de formation ou de conférence, s’adresse aux familles et aux jeunes qui vivent la mort, la maladie grave d’un proche, la séparation parentale ou l’abandon. Deuil-Jeunesse pourra désormais opérer au sein d’un véritable milieu de vie pour répondre adéquatement à la mission qu’il poursuit depuis près de 10 ans.

Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *