Société
17:37 20 mai 2015 | mise à jour le: 20 mai 2015 à 17:37 Temps de lecture: 2 minutes

Une collection de scies à chaîne coquettes

PASSION. «Je vais choisir les plus belles pour l’exposition au Moulin des Jésuites», lance d’entrée de jeu Doris Simard. «Belles»: voilà un adjectif qu’on n’entend pas souvent à propos de scies à chaîne. Mais rarement aussi en voit-on en si grand nombre alors que ce collectionneur en possède plus de 700 pièces.

À lire aussi: L’homme qui sciait plus vite que son ombre

À l’instar de son ami Gilles Lévesque, Doris Simard s’est aménagé un ilot de verdure en plein cœur de Charlesbourg, dans le quartier Bourg-Royal. Là, à l’abri des regards, deux chevreuils viennent vous saluer en échange de tranches de pain.

Pour Doris Simard, c’est une façon de rester en contact avec la nature. Il n’a jamais été bûcheron à proprement parler – il n’a été l’employé d’aucune compagnie –, mais la forêt, il connaît. «J’ai toujours aimé le bûchage dans le bois, mais je trouvais que ça commençait à être plus dur. Donc j’ai entrepris une collection liée à quelque chose que j’aimais», explique-t-il en nous ouvrant les portes de son atelier.

C’était il y a près de 10 ans. En moins d’une décennie, en parcourant les quatre coins du Québec, il a ainsi réussi à amasser plus de 700 scies à chaîne qui datent des années 1940 et 1950. La majorité d’entre elles ont eu une vie active avant de venir garnir sa collection. Aussi un sérieux travail de nettoyage s’impose-t-il pour leur redonner leur lustre d’antan. «Coquettes»: voilà un autre adjectif qu’on n’a pas l’habitude d’associer aux scies.

Dans le lot se trouvent forcément plusieurs curiosités. Une scie à deux lames, utile pour construire les camps de bûcherons. Une scie électrique qu’il fallait brancher. Une autre tellement lourde que deux hommes devaient la manipuler. Un grand nombre de compagnies, dont certaines qui n’existent plus, sont représentées dans cette collection qui raconte un pan d’histoire forestière.

Une trentaine de ces pièces rares composeront ainsi l’exposition au Moulin des Jésuites dans le cadre de la Fête des défricheurs, le 24 mai.

Pour visiter sur place la collection de Doris Simard ou pour la réserver pour une exposition: 418 623-9874.

Membre du Groupe Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *