Société
13:50 31 mars 2015 | mise à jour le: 31 mars 2015 à 13:50 temps de lecture: 3 minutes

La Fudgerie: des fantaisies qui deviennent réalité

PÂQUES. Depuis cinq ans, Pâques est devenu le rendez-vous des épicuriens grâce à Damoiselle Éléonore et ses pique-niques gourmands. Le 4 avril prochain, l’élégante musaraigne à la dent sucrée choisira de nouveau la Fudgerie pour y offrir de divins péchés aux petits comme aux grands.

«Damoiselle Éléonore, on l’a sortie de nos rêves les plus fous», de raconter la présidente et copropriétaire, Michelle Martin, à propos de la genèse du personnage représenté sous les traits d’une musaraigne dans une toile de Claude Martin. Née d’un simple soupçon de fantaisie, elle prendra pied pour la première fois dans la réalité lors de la cinquième édition du pique-nique qui porte son nom, sous la forme d’une mascotte conçue expressément pour l’occasion.

Le fudge à toutes les sauces

Une fantaisie qui devient réalité: on pourrait d’ailleurs y voir la devise qui guide la destinée de la Fudgerie depuis ses débuts dans le Trait-Carré, en 2002. La centaine de recettes créées par Jacques Thivierge en témoigne, bien souvent le résultat de l’inspiration du moment modelée par plusieurs semaines, voire plusieurs mois de recherche.

«C’est en mangeant des sushis que j’ai eu l’idée d’un fudge gingembre-wasabi, donnera-t-il notamment comme exemple parmi les plus inusités. Au début, tu goûtes le wasabi. Au bout de cinq secondes, c’est le gingembre qui embarque. Et comme dernière sensation, tu retrouves un bel équilibre de piquant.» Audacieux, peut-être, mais Jacques Thivierge n’a pas moins vu juste alors que la recette a obtenu un succès insoupçonné.

«Quand tu es un passionné, tu superposes le fudge partout. Tu as des idées de recettes inspirées de façon inopinée», poursuit celui qui s’offre des voyages de recherche pour stimuler sa créativité. Une visite dans une boucherie a notamment donné naissance au saucisson de fudge, à déguster en tranches ou à inclure dans des recettes.

Cela, Jacques Thivierge ne saurait trop le recommander: «Il faut arrêter de voir le fudge seulement comme une confiserie», plaide l’amateur de sucré-salé. L’ancien chef-cuisinier a élaboré un menu de 15 mets intégrant le fudge, de l’entrée au dessert, qu’il propose à l’occasion d’événements corporatifs. «On veut vraiment rendre les gens fudge-oholics», avoue en riant l’artisan. Il ne négligera pas pour autant le chocolat, le nougat et les confiseries à la Fudgerie.

Dans ses chaudrons

Le Pique-nique de Damoiselle Éléonore sera une belle occasion d’ouvrir ses horizons sur le fudge grâce aux dégustations et aux accords fudges et bières qui seront présentés. Celui qui a plus d’un fudge dans son chaudron espère également gagner bientôt l’estomac de tout le Canada avec un nouveau délice qu’il développe depuis trois ans…

Pique-nique de Damoiselle Éléonore

Quand: 4 avril, de 10h à 16h30

: La Fudgerie, 717, boulevard Louis-XIV

Pour qui: toute la famille

Quoi: dégustations, accords bières et fudges, performances artistiques (Mélissa Bédard, Claude Martin, Vibrations), fermette, pêche à l’œuf mystère et tirage d’un lapin en chocolat

Les péchés mignons des clients

– Fudge à la crème brûlée

– Fudge au caramel fleur de sel

– Fudge au piment

La Fudgerie a aussi pignon sur rue dans le quartier Petit-Champlain.

Membre du Groupe Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *