Société
20:16 14 janvier 2015 | mise à jour le: 14 janvier 2015 à 20:16 temps de lecture: 3 minutes

Mur antibruit: un répit confirmé pour les résidents en bordure de l’autoroute Laurentienne

PROJET-PILOTE. Le mur antibruit qui s’élève désormais en bordure de l’autoroute Laurentienne semble tenir ses promesses: les analyses de son réalisées par des experts enregistrent une diminution de l’impact sonore de la circulation pour les résidents qui habitent à proximité.

Présent dans le paysage depuis l’été dernier, couvrant un tronçon de 250 mètres à la hauteur de l’avenue Trudelle, le mur antibruit a fait l’objet de tests de son pour en vérifier l’efficacité acoustique. Les études, commandées, d’une part, par la Ville de Québec (firme Soft DB) et, d’autre part, par les citoyens (firme Vinacoustik), en arrivent à des conclusions à peu près semblables: le bruit a chuté en deçà de la barre des 60 décibels, pour une baisse d’environ huit décibels.

Les experts retenus par l’avocat de la partie citoyenne, Me Michel Chabot, y vont néanmoins d’une recommandation: «Afin d’améliorer la performance acoustique de l’écran végétal, il est suggéré d’insérer une âme de béton [feuille de gyproc de béton] entre les deux couches de laine de roche», peut-on lire dans le rapport. À Me Chabot, ils ont signifié que cette mesure additionnelle serait simple et peu dispendieuse à réaliser.

Et maintenant?

Déjà, néanmoins, les citoyens protégés par l’infrastructure constatent «un changement important» en matière de pollution sonore et de saleté, rapporte l’avocat. Ce faisant, celui-ci attend maintenant la confirmation officielle du ministère des Transports pour la poursuite des travaux de construction.

La Ville de Québec, partenaire du dossier, a de son côté inscrit le projet à son Programme triennal d’immobilisations 2015-2017, prévoyant des sommes avoisinant les 2M$, l’équivalent étant attendu de la part du MTQ. À terme, il est question de couvrir l’ensemble des résidences comprises entre le boulevard de l’Atrium et la rue du Marsan.

«Le dossier [judiciaire] va se compléter par la confirmation du ministère des Transports», enchaîne Me Chabot, pour qui cette information permettra de fixer une date pour le procès à venir. Car la construction du mur ne met pas un terme aux démarches judiciaires entreprises par les citoyens. Seulement, si le MTQ va de l’avant avec l’infrastructure coupe-son, l’objet de la poursuite en sera alors simplifié: «On ne s’attardera qu’aux dommages – on parle entre autres de perte de jouissance», précise l’avocat, qui se trouve à défendre plus de 1000 personnes dans ce dossier.

Le mur antibruit en chiffres

1M$: Montant estimé pour le projet-pilote réalisé

3,9M$: Montant prévu au Programme triennal d’immobilisations 2015-2017

1750m: Distance que doit couvrir à terme le mur antibruit, du boulevard de l’Atrium à la rue du Marsan

Membre du Groupe Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *