Société
14:19 26 janvier 2015 | mise à jour le: 26 janvier 2015 à 14:19 temps de lecture: 2 minutes

Héma-Québec sauve la vue d’un jeune garçon: les retombées pour le monde médical

SANTÉ. Louis Thibault, directeur de la recherche opérationnelle à Héma-Québec, a eu droit à la plus belle récompense: au moment de le quitter après une demi-journée d’entrevues avec les médias, Étienne, 3 ans, l’a serré spontanément dans ses bras. «Je ne m’attendais pas à avoir un hug», dira, ému, celui qui a dirigé l’équipe de recherche chargée de concevoir le remède qui allait sauver la vue au petit garçon de Stoneham.

À lire aussi: Héma-Québec sauve la vue d’un jeune garçon

Mais la récompense est bien à la hauteur des efforts déployés alors que la littérature scientifique se montrait peu bavarde sur la pathologie de conjonctivite ligneuse diagnostiquée chez Étienne. «On est partis de choses dans la littérature pour monter un protocole qu’on a perfectionné par essais et erreurs», explique M. Thibault.

Il s’agissait donc d’un traitement expérimental? «Expérimental, oui! On n’était pas certains que ça fonctionnerait a priori», poursuit-il. Pour y arriver, le groupe de chercheurs a développé une façon d’isoler le plasminogène du plasma d’un donneur pour en tirer une solution concentrée à administrer au jeune patient.

Devant le succès du traitement, est-il question de le diffuser à plus grande échelle? «On n’en est pas là», nuance le directeur qui, moins que le traitement en lui-même, voit plutôt pour l’heure un potentiel d’exportation dans le savoir-faire qu’ont développé les spécialistes d’Héma-Québec. «C’est une « recette » qui pourrait être reproduite ailleurs», précise celui qui serait «aux anges» si d’autres patients pouvaient bénéficier de cette nouvelle expertise. (V.A.)

Membre du Groupe Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *