Société
15:02 8 juillet 2015 | mise à jour le: 8 juillet 2015 à 15:02 temps de lecture: 3 minutes

Déversement illégal de déchets à la montagne des Roches

ENVIRONNEMENT. Quelque huit mois après une vaste opération de nettoyage menée par l’organisme PurNat sur le site de la montagne des Roches, voilà que les lieux sont de nouveaux dégradés par des déchets déposés illégalement. Et on ne parle pas ici de canettes jetées par insouciance, mais de matériaux de construction et de métaux pour lesquels leur propriétaire a choisi, selon toute apparence, l’orée de la forêt comme point de déchargement.

C’est du moins l’avis de Marcel Poiré qui, en 2013, cofondait justement PurNat après avoir constaté la présence importante de déchets dans la forêt de la montagne des Roches. Lui qui avait l’habitude de traîner un sac d’épicerie dans ses expéditions en vélo de montagne pour ramasser canettes et bouteilles vides a vite été dépassé par l’ampleur de la tâche. «C’est mon terrain de jeu, je trouvais ça bien triste de voir ça sur ce site magnifique.»

Aussi la montagne des Roches a-t-elle été la première à faire l’objet des efforts de PurNat. En novembre dernier, une quarantaine de bénévoles et partenaires y retiraient plus de 15 tonnes de déchets, incluant frigo, matelas, pneus et pièces d’automobiles abandonnés sur place. L’énumération suscite plus de découragement que de surprise chez Marcel Poiré. Des déchargements comme celui qui vient d’être commis, «c’est régulier», dira celui qui, en la matière, a tout le Québec à l’œil.

Il reste qu’un tel geste demeure illégal et s’expose à une amende du ministère de l’Environnement – si tant est qu’on parvient à identifier le malfaiteur, convient M. Poiré. En l’occurrence, le propriétaire du terrain à l’orée de la forêt risque d’avoir à s’occuper lui-même de la corvée de nettoyage, quitte à faire appel à PurNat.

Responsabilisation sociale

Au-delà de la question des amendes, le cofondateur de PurNat cherche avant tout à tirer de ce type de cas matière à éduquer et sensibiliser la population. Dans une logique écrasante de simplicité, il fera remarquer que celui qui déverse ses déchets sur la propriété d’autrui serait le premier à se plaindre qu’on prenne son propre terrain pour un dépotoir. «Il faut se responsabiliser en tant que société», plaide-t-il.

Car si l’organisme sans but lucratif s’est donné comme mandat de nettoyer les dépotoirs illégaux et de restaurer les forêts, il n’a pas les moyens «pour agir toutes les 15 minutes». Occupé par d’autres sites, dont à Beauport et Saint-Ferréol-les-Neiges, Marcel Poiré ne prévoyait pas revenir à la montagne des Roches avant l’automne. Il faut dire que PurNat est axé sur le bénévolat, misant sur des entreprises partenaires qui fournissent argent, personnel ou matériel.

Comme dans le cas actuel de la montagne des Roches, Marcel Poiré compte aussi sur la population pour l’informer de situations qui nécessiteraient une intervention dans les forêts environnantes – toute implication dans les opérations de nettoyage est évidemment bienvenue.

Corvées de nettoyage

15 tonnes

de déchets retirés de la montagne des Roches, secteur Charlesbourg (novembre 2014)

10 tonnes

de déchets retirés de la montagne des Roches, secteur Beauport (juin 2015)

60 tonnes

à retirer à Saint-Ferréol-les-Neiges, selon les premières estimations

Pour plus d’info, faire un don ou dénoncer un cas: purnat.ca ou info@purnat.ca.

Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *