Société
21:17 9 septembre 2015 | mise à jour le: 9 septembre 2015 à 21:17 temps de lecture: 3 minutes

Les jours sont comptés pour l’église Sainte-Maria-Goretti

IMMOBILIER. La Ville de Québec donne son aval à la démolition de l’église Sainte-Maria-Goretti réclamée par la Société immobilière SIL. En contrepartie, elle impose au promoteur quelques amendements aux plans prévus à l’origine, auxquels il devra se conformer pour aller de l’avant avec la réalisation des phases 2 et 3 de son projet.

À lire aussi: Une issue sans surprise pour des citoyens du quartier

Ces amendements concernent pour l’essentiel la diminution du nombre total de condos, qui passe de 174 à 167, l’augmentation du nombre d’espaces de stationnement à 1,5 par logement, et la limitation à deux accès véhiculaires à la rue. Des modifications susceptibles de calmer certaines craintes chez ceux qui s’inquiétaient de densification abusive et de quiétude, de commenter le conseiller du district Saint-Rodrigue.

Pour Vincent Dufresne, répondre autant que possible aux préoccupations des citoyens du secteur constituait le principal enjeu dans ce dossier qui a échauffé les esprits. Dans cette optique, la sauvegarde de l’église ne faisait pas nécessairement partie des priorités du plus grand nombre de gens qui se sont exprimés lors des consultations publiques antérieures.

«Sur l’ensemble des commentaires, peu revenaient sur le fait qu’ils voulaient garder l’église. Au départ, c’était prévu comme un legs de la paroisse, mais étant donné que ce n’est pas un bâtiment qui est classé historique, l’église n’était pas un enjeu [pour les citoyens]», estime avec prudence le conseiller.

Des «problèmes techniques»

La Société immobilière SIL invoque des «problèmes techniques relatifs à l’intégration de l’église au nouveau bâtiment» pour justifier sa requête de démolir le bâtiment religieux désacralisé. Problèmes qui, depuis la livraison du premier bâtiment de 63 unités à la fin de 2013, ont conduit à l’interruption des travaux.

Dans le registre des lobbyistes auquel le promoteur Serge Laflamme était inscrit depuis plus d’un pour obtenir l’autorisation de raser Sainte-Maria-Goretti, on attribuait à la pyrite la cause des complications. Une présence susceptible de provoquer la fissuration de la dalle de béton, dont le promoteur avait la responsabilité de commander les expertises nécessaires et d’en fournir les résultats à la Ville.

La porte-parole de la Société immobilière SIL s’est abstenue de dévoiler les conclusions des études, lesquelles devraient être abordées lors l’assemblée publique que tiendra l’administration municipale le 21 septembre. Une assemblée qui n’aura pas nécessairement d’impact sur la suite des choses, considérant que le projet n’est pas soumis à l’approbation référendaire en vertu de l’article 74.4, mais qui permettra d’informer les citoyens et de leur laisser la parole.

Résumé des amendements au projet d’origine

– Permission de ne pas intégrer l’église existante au nouveau bâtiment

-Diminution du nombre de logements autorisés à 167

– Augmentation de la norme minimale de stationnement à 1,5 case par logement

– Limitation à deux du nombre maximal d’accès à la rue

– Imposition d’un délai de quatre ans pour compléter le projet

La consultation publique aura lieu le lundi 21 septembre, à 16h, à la salle du conseil de l’hôtel de ville.

Précédemment, dans le même dossier:

– Démolition de l’église Sainte-Maria-Goretti?

 

Début des travaux pour les condos Maria-Goretti

 

Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *