Société
16:23 9 mai 2014 | mise à jour le: 9 mai 2014 à 16:23 temps de lecture: 4 minutes

Projet de recherche sur l’inclusion des aînés ayant des incapacités

AÎNÉS – La Compagnie des jeunes retraités du Plateau de Charlesbourg (CJR) a reçu en mars l’aval du gouvernement du Québec pour un projet de recherche-action sur l’inclusion des personnes ayant des incapacités dans les associations d’aînés. S’accompagnant d’une enveloppe de près de 230 000 $ sur trois ans, cette entente permettra de faire rayonner la mission sociale que se donne l’organisation de Charlesbourg depuis 20 ans: celle de veiller au mieux-être de sa clientèle aînée en ménageant un cadre de vie accueillant et inclusif.

Ce projet part du constat que les centaines de milieux associatifs d’aînés que compte aujourd’hui le Québec sont peu ou pas adaptés aux contraintes qui découlent du vieillissement de la population. L’isolement guette donc ces personnes alors privées d’une implication sociale, nourrissant par la bande les préjugés selon lesquels les aînés deviennent un fardeau pour une société dans laquelle ils n’ont plus de rôle à jouer.

La recherche, dirigée par Émilie Raymond du Centre interdisciplinaire de recherche en réadaptation et intégration sociale (CIRRIS) en collaboration avec différents partenaires, visera ainsi à outiller les organismes concernés par cette problématique. Activités de sensibilisation et de formation, pratiques inclusives novatrices, services adaptés, réaménagements de l’espace…: autant d’avenues qui alimenteront les réflexions sur l’accueil des aînés ayant des incapacités.

Avec ses quelque 1500 membres qui en font l’une des associations d’aînés les plus populeuses, la CJR agira la première année comme laboratoire d’observation et de mise à l’épreuve de pistes envisagées. Parmi elles, l’implantation d’une Politique sur le vieillissement actif dans la dignité, conçue en 2013 par le club pour permettre à toute personne de demeurer active au sein de l’organisation, pourra agir comme ligne directrice des démarches. Les enseignements qui en résulteront seront ensuite déployés dans la région puis, à terme, dans la province.

Le rôle des aînés

Être proactif pour l’amélioration de la qualité de vie des aînés, cela est inscrit dans les gènes de la CJR, souligne au passage le président, Claude Charbonneau. La cause des aînés, celui qui vient d’être réélu pour une huitième année la défend d’ailleurs avec aplomb. «Les aînés doivent faire partie de la solution», martèle-t-il en réponse aux problématiques soulevées par le phénomène de vieillissement de la population, privilégiant par là une approche «par» et «pour» les aînés.

Un milieu de vie

La fibre sociale de la CJR s’accompagne également d’une programmation de loisir diversifiée avec plus d’une centaine d’activités annuelles pour les membres: sorties culturelles, voyages, activités sportives, soupers… «Les gens viennent pour la qualité de la programmation, au début, mais au fond, ce que les gens veulent, c’est un milieu de vie dans lequel partager leur vécu avec d’autres», croit Claude Charbonneau en insistant, précisément, sur la notion de milieu de vie pour décrire la CJR.

20 ans

À l’automne, la CJR célébrera le 20e anniversaire de sa fondation par une soirée hommage aux pionniers et aux bénévoles. L’occasion sera belle de revenir sur les faits saillants de cette histoire qui s’écrit depuis 1993. L’événement aura lieu le 18 octobre, à 17 h 30, au sous-sol de l’église Notre-Dame-des-Laurentides. Seuls les membres en règle peuvent se procurer une carte d’admission, au coût de 35 $. Pour info: 418 990-0863 ou http://www.cjrcharlesbourg.org.

Membre du Groupe Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *