Société
15:51 4 septembre 2014 | mise à jour le: 4 septembre 2014 à 15:51 temps de lecture: 3 minutes

Le restaurant de vos rêves

ÉVÉNEMENT. Le Restaurant Day, c’est l’occasion de créer son restaurant de rêve à l’endroit de son choix, l’espace d’une journée. Né en Finlande en 2011, l’événement se tient désormais quatre fois par année dans plus de 200 villes simultanément à travers le monde. Le 17 août dernier, Québec accueillait sa première édition en toute discrétion.

On doit l’importation de cette initiative à Marie-Hélène Dubé qui s’est sentie interpelée par le projet dont elle avait eu connaissance. «Ça rejoignait mes intérêts: la cuisine, l’agriculture urbaine, le fait de se réapproprier la ville…», explique la résidente de Charlesbourg.

Avec son amie Mylène Brunet, elle a décidé d’offrir un menu végétarien, simple à réaliser et à servir: falafels, roulés au chou et thé glacé. Elles se sont installées sur la 3e Avenue à Limoilou, à proximité du marché public qui se déroulait ce jour-là. «La réaction a été pas mal meilleure que ce à quoi on s’attendait!», dira-t-elle alors que toute la nourriture a disparu en deux heures contre une contribution suggérée.

Au profit de rencontres

«Chacun décide du moyen de paiement, poursuit Marie-Hélène Dubé. Ça peut être une contribution volontaire, suggérée… Il y en a même qui échangent de la nourriture contre une chanson! Le but, c’est de couvrir les frais de préparation culinaire, pas de faire des profits.» La contribution suggérée leur a néanmoins permis de générer une centaine de dollars en profit, qu’elles ont versés à l’organisme Relais d’espérance.

Derrière l’initiative du Restaurant Day, il y a également le désir de provoquer des rencontres, de parler avec ses voisins et, accessoirement, de faire des découvertes culinaires et de goûter à des recettes d’autres cultures. Pas besoin d’être un expert du chaudron: lors des éditions hivernales, on peut se contenter d’offrir du chocolat chaud, précise la jeune femme. Après tout, l’événement ne s’adresse pas aux vrais restaurateurs.

Bouche-à-oreille

Avant la tenue de l’événement, l’étudiante à la maîtrise en relations publiques a passé le mot dans son entourage pour que d’autres y participent. Peine perdue. Il faut dire que le concept est encore peu connu de ce côté-ci de l’Atlantique. Montréal proposait sa première édition en février dernier avec tout au plus une quinzaine de participants; le 17 août dernier, on en comptait désormais une cinquantaine. À Québec, ils sont plusieurs à avoir appris l’existence du Restaurant Day avec un falafel de Marie-Hélène Dubé en bouche.

«Des gens se sont montrés intéressés [à participer]», rapporte-t-elle. Elle espère qu’ils seront au moins cinq restos éphémères à la prochaine édition, le 15 novembre.

Aux éventuels participants: il est possible d’annoncer le lieu de son restaurant éphémère sur le site de l’événement, où on trouvera également la date des prochaines éditions et les informations générales sur la façon de procéder: restaurantday.org.

Le Restaurant Day en trois ingrédients

Un menu à son image

Un emplacement bien fréquenté

Un esprit d’ouverture

Membre du Groupe Québec Hebdo

Articles similaires

19:57 11 décembre 2006 | mise à jour le: 11 décembre 2006 à 19:57 temps de lecture: 1 minutes
Les Vices du Versa

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *