Société
15:29 16 décembre 2013 | mise à jour le: 16 décembre 2013 à 15:29 temps de lecture: 3 minutes

Vitesse excessive et comportements délinquants dans le Trait-Carré: des citoyens déposent une pétition

Quelque 70 citoyens du Trait-Carré dénoncent la vitesse excessive et les comportements dangereux d’automobilistes qui circulent dans le secteur entre la 3e Avenue et le boulevard Cloutier. À l’initiative de Richard Gallant, ils ont déposé une pétition au conseil d’arrondissement en décembre afin que la Ville de Québec prenne les mesures nécessaires pour assurer la sécurité de ce quartier résidentiel et scolaire, où aînés et enfants se déplacent quotidiennement.

Les signataires portent particulièrement à l’attention de la Ville l’intersection de la 76e Rue et des avenues Paul-Comtois et Honoré, où cinq voies viennent à se rencontrer. Des panneaux d’arrêt régulent la circulation à ce carrefour, mais les résidents font valoir que la signalisation n’est souvent pas respectée par les automobilistes, surtout aux heures de pointe. La sécurité des piétons qui tentent de traverser à cette hauteur s’en trouve ainsi menacée, un danger que les pétitionnaires jugent inacceptable dans une zone scolaire fréquentée par les jeunes de l’école Maria-Goretti et du parc du même nom.

Candide Tremblay, brigadière engagée par la Ville pour veiller au passage des élèves à cette intersection, confirme d’ailleurs être quotidiennement témoin de comportements délinquants de la part des conducteurs. Non seulement certains d’entre eux omettent de faire un arrêt complet, mais d’autres vont jusqu’à faire fi du panneau d’arrêt qu’elle brandit pour permettre aux enfants de traverser. «On est chanceux qu’il n’y ait pas plus d’accidents que ça», réagit Richard Gallant, qui souhaiterait toutefois que la Ville agisse avant qu’un malheur ne survienne.

Parmi les solutions envisagées, les signataires suggèrent l’installation de dos d’âne et une surveillance routière accrue. M. Gallant croit qu’une présence policière occasionnelle aurait un effet dissuasif, dans un quartier où, en outre, les automobilistes ont tendance à fermer les yeux sur les limites de vitesse de 30 km/h. Il faut dire que la signalisation à cet effet fait parfois défaut dans certaines rues.

Prise en charge du dossier par la Ville

Mise au parfum du problème par Richard Gallant, la conseillère municipale du district du Trait-Carré, Michelle Morin-Doyle, a mis la police sur le dossier. Celle-ci procédera d’abord à des lectures de vitesse et vérifiera sur le terrain le respect de la signalisation. Ses observations permettront à l’élue de déterminer par la suite les possibles mesures à prescrire pour améliorer la situation.

Membre du Groupe Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *