Politique
20:26 19 février 2018

Visite de Pierre Paul-Hus à Taipei

Le député de Charlesbourg-Haute-Saint-Charles, Pierre Paul-Hus, revient d’un voyage parlementaire qui a eu lieu à Taipei, Taïwan (République de Chine), au début du mois de janvier.

Pierre Paul-Hus, député fédéral de Charlesbourg – Haute-Saint-Charles, et la présidente de Taïwan, Tsai Ing-Wen.

Photo gracieuseté

Le gouvernement taïwanais a reçu une délégation canadienne responsable de différents enjeux économiques et de sécurité. Invité à commenter cette expérience, le député conservateur admet que cela lui a permis de mettre de côté certaines idées préconçues sur ce pays démocratique.
Ces discussions, avec des représentants locaux, ont facilité les échanges sur les sujets de la défense et de la sécurité ainsi que sur de possibles relations commerciales entre les deux pays. «L’objectif était de montrer la difficulté de ce pays toujours considéré par la Chine comme l’une de ses colonies. Cet état insulaire essaie d’être autonome et il tente de démonter, au reste du monde, qu’il n’a pas la même façon de faire que les Chinois.»
Quant aux relations diplomatiques entre Taïwan et les pays étrangers, elles demeurent aussi très compliquées compte tenu du statut avec la Chine. «C’est pourquoi le Canada doit s’impliquer davantage afin de renforcer l’amitié et les rapports entre nos deux pays.»
Taipei
La capitale, Taipei, est impressionnante avec ses 2,7 millions d’individus. «C’est une ville incroyablement organisée. On s’imagine souvent le chaos et ce n’est pas le cas du tout. Il y a de grands boulevards de type américains.» La capitale est d’une remarquable propreté soutient M. Paul-Hus. «Tu entres dans le métro et il y a une dame qui est là juste pour s’assurer que le plancher demeure toujours impeccable. C’est vraiment impressionnant de constater la rigueur du transport en commun.»
La délégation canadienne a pu visiter l’un des centres technologiques qui fabrique des iPhone. Les entreprises canadiennes, qui veulent faire des affaires avec la Chine, sont invitées à passer d’abord par Taïwan. «Les contrats sont plus faciles à signer et les ententes sont respectées», affirme le député.

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *