Politique
17:30 5 juillet 2013 | mise à jour le: 5 juillet 2013 à 17:30 temps de lecture: 4 minutes

Le sentiment du devoir accompli pour Vincent Dufresne

Le 18 novembre dernier, Vincent Dufresne troquait son siège de directeur général de l’hôtel Pur pour celui de conseiller municipal dans le district de Saint-Rodrigue à Charlesbourg. Près de trois pages de réalisations et d’implications plus tard, et à quelques jours du dernier conseil d’arrondissement, l’heure est au bilan.

Vincent Dufresne est le premier étonné de la quantité de travail abattue en moins d’un an – même si, pour lui qui est passionné par ses nouvelles fonctions, il n’a pas l’impression de travailler. Il faut dire qu’il siège dans le district où il a grandi, parmi les parcs où il a joué au baseball, les églises où il a servi la messe et les gens qui ont pu connaître sa famille.

À territoire connu nouvelles tâches à assimiler, néanmoins: comment convaincre les personnes concernées dans certains dossiers, à qui référer les citoyens qui sollicitent son aide et, peut-être surtout, où et comment aller chercher de l’argent pour des projets rassembleurs.

À besoins variés projets divers

La plupart de ceux qu’il a menés à terme viennent répondre aux besoins dont la population et les organismes de Saint-Rodrigue lui ont fait part. Du côté des loisirs et des sports, il aura notamment favorisé l’agrandissement du Centre récréatif Saint-Rodrigue pour y aménager des espaces de rangement, participé à l’implantation d’une surface multisports au parc Terrasse Bon-Air, et lancé une première vague de travaux d’amélioration du terrain de baseball au parc Henri-Casault.

Des résidents de la rue Villa-Saint-Vincent auront quant à eux obtenu son appui pour la réfection à neuf du système d’égout et d’aqueduc, tandis que ceux entre la 41e et la 45e Rue Ouest le remercient aujourd’hui de son intervention à la suite des pluies diluviennes du 31 mai dernier. Aux sinistrés qui ont subi d’importants dommages à leurs sous-sols en raison des refoulements d’égout, des mesures temporaires ont été mises en place, validées par le conseiller, en attendant que le comité exécutif de la Ville de Québec ne finalise un plan d’actions permanent. «Je confirme à tous les résidents sinistrés que toutes les mesures nécessaires sont en place pour éviter qu’une telle situation se reproduise dans le cas d’une autre grande crue d’eau», a-t-il garanti.

Peu d’engagements, mais un grand sens de l’engagement

Des garanties, il n’en fait pas des tonnes à l’aube des prochaines élections municipales. «Je préfère en avoir moins et les réaliser», fait-il valoir en en énumérant deux: poursuivre le projet de transformation d’un terrain vacant en parc dans le secteur de la rue de l’Oise, et sortir des cartons le projet de centre communautaire au parc Henri-Casault, pour lequel des possibilités de partenariat avec d’autres services sont évaluées pour réduire les coûts. Sa préoccupation pour la sécurité routière constituera son autre cheval de bataille, dans la lignée de la dernière campagne électorale alors qu’il s’engageait à inclure l’avenue de Gaulle dans le projet de radars photo – engagement qui se concrétise ces jours-ci.

Pour le reste, il entend continuer son travail de conseiller, c’est-à-dire être à l’écoute des gens du district de Saint-Rodrigue et être présent aux activités sociales et communautaires des organismes.

À lire aussi: Que de bons mots pour le district de Saint-Rodrigue.

Membre du Groupe Québec Hebdo

Vincent Dufresne s’étonne lui-même de la quantité de travail abattue en moins d’un an – même si, pour lui qui est passionné par ses nouvelles fonctions, il n’a pas l’impression de travailler. (Photo Viviane Asselin)

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *