Économie
19:30 18 octobre 2009 | mise à jour le: 18 octobre 2009 à 19:30 temps de lecture: 3 minutes

Des visites prisées à Saint-Jean-Eudes

Dimanche, il est 11 h et le stationnement de l’Externat Saint-Jean-Eudes affiche déjà complet. L’intérêt voué à l’événement annuel est palpable chez les visiteurs venus découvrir l’univers de cette école secondaire privée mixte située aux limites des arrondissements de Beauport et de Charlesbourg.

Chaque année, ils sont près de 500 candidats potentiels à se présenter à l’événement accompagnés leurs parents respectifs. Des élèves accueillent les invités, sourire aux lèvres, puis laissent le soin au directeur général Édouard Malenfant de les diriger vers la première étape: une visite guidée. Les membres du personnel leur feront ainsi découvrir les différents programmes d’études, les activités parascolaires et les services offerts par l’établissement. «Aujourd’hui, on ne pourrait pas se passer de ce type de journée découverte. Le droit de choisir son école, c’est trop important», avoue le directeur général, Édouard Malenfant.

Peu touché par le déclin démographique, l’Externat Saint-Jean-Eudes a observé une hausse des inscriptions au cours des dernières années. L’école privée compte 1000 élèves en 2009 comparativement à 720 il y a quatre ans. L’augmentation a même convaincu la direction d’investir près de 28 M$ en vue d’agrandir la bâtisse. La première phase, la construction d’un stade de football et de soccer, est complétée et la deuxième étape a débuté la semaine dernière. Les travaux reliés à l’ajout de deux bassins au centre aquatique et trois plateaux dans le nouveau gymnase devraient être terminés pour la rentrée 2010. Des améliorations effectuées dans le but de pouvoir accueillir un plus grand nombre d’élèves.

Rencontrée lors de la visite, Moïra Jacques fait partie des 200 jeunes guides d’un jour dans le cadre des portes ouvertes de l’établissement. La jeune fille a fait son entrée à Saint-Jean-Eudes cette année à la suite d’une visite comme aujourd’hui. «J’avais beaucoup aimé le contact avec les élèves, c’est pour cette raison que j’y participe cette année», explique-t-elle. Des rencontres bien appréciées également par la famille Rodrigue. «On voit que les jeunes ont un sentiment d’appartenance à l’école», commente la maman, Nathalie Beaumont. Cette fierté liée à l’établissement, Noémie Rodrigue, l’a senti aussi, c’est d’ailleurs ce qui lui donne le goût de soumettre une demande d’admission. Lors du choix final, la famille Rodrigue tiendra compte des activités offertes, en plus du temps requis pour se rendre à l’école. «On cherche un établissement à proximité de notre résidence parce que l’on pense que notre enfant ne doit pas passer plus de temps dans les transports en commun qu’à étudier», ajoute Mme Beaumont, résidente à Lebourgneuf.

Marathon des portes ouvertes

Seul bémol émis par les Rodrigue, la tenue à Québec d’une grande partie des portes ouvertes au même moment. Malgré l’offre importante de visite, peu de familles réussissent à découvrir plusieurs établissements. «Trop des fois, ce n’est pas assez, dénonce Mme Beaumont. Ça devient un marathon, on termine la journée essoufflé. S’ils veulent vraiment donner la chance aux futurs élèves, les directions devraient se consulter.» Toujours selon Mme Beaumont, une situation identique survient également quand vient le temps des examens d’admission.

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *