Économie
15:00 10 janvier 2008 | mise à jour le: 10 janvier 2008 à 15:00 temps de lecture: 3 minutes

Stratégies évoquées pour s’adapter au marché de l’emploi

Une cinquantaine de partenaires se sont récemment réunis au restaurant les Cailles du Centre spécialisé en alimentation et en tourisme de Fierbourg, à Charlesbourg, afin de mieux connaître les perspectives du marché de l’emploi dans la région de Québec.

Étaient notamment invités pour l’occasion le directeur du Centre local d’emploi (CLE) de Charlesbourg, Jean Gaboury, et l’économiste à la direction de la Capitale-Nationale, Martine Roy.

La convergence, la réorganisation, les services d’Emploi-Québec, ainsi que l’ABC du marché du travail, accompagné de faits saillants ont été survolés lors de cette rencontre, le 13 décembre dernier.

Mme Roy a survolé le marché actuel et à venir en emploi pour la région de Québec. Son allocution a été ponctuée de constats tirés de l’enquête-sondage réalisée pour le compte de la Ville de Québec

Selon l’économiste, les attentes sont plus élevées chez les jeunes. «Dans leur travail, ils ont besoin de défis, d’une qualité de vie, en plus d’un salaire intéressant. Mais ils ne sont pas prêts à faire tous les compromis.»

Cinq thèmes ont retenu l’attention de Martine Roy: l’environnement économique, le choc démographique, la gestion prévisionnelle de main-d’œuvre, la formation (besoins du marché du travail), l’immigration, et les solutions envisagées.

Selon Mme Roy, l’année 2000 a été un «bogue» au niveau de la natalité. «On a observé le plus faible taux de naissances au Québec. Dans la région de Québec, il y a eu moins de 5400 naissances. C’est la plus petite cohorte dans les écoles, ce qui fait qu’en 2021, ce sera aussi la plus petite cohorte à aller sur le marché du travail.»

La conférencière a souligné l’importance de sensibiliser les employeurs au vieillissement de la population. Dès 2008, la population active va baisser et d’ici 2010, il y aura 44 000 retraités. «Certains quittent un an ou deux, puis reviennent. Depuis 2001, chez les personnes de 55 ans et plus, les gens ont tendance à prolonger leur carrière. Ça peut se faire sur un rythme de 3 à 4 jours par semaine», commente Martine Roy.

Virage dans les CLE

Le directeur du Centre local d’emploi (CLE) de Charlesbourg, Jean Gaboury, affirme que depuis peu, les quatre CLE de la région de Québec connaissent un allègement des structures.

«Le gouvernement a déposé un plan de modernisation, soit dans l’amélioration des services publics et aussi dans son mode de gestion. Depuis 2006, il y a un seul gestionnaire au Centre local d’emploi. On veut qu’Emploi-Québec soit le seul lien vers un retour en emploi. Maintenant, les gens qui entrent chez nous, on les met directement en projet», affirme le directeur du CLE de Charlesbourg.

Dans le cadre de ce remaniement, le deux tiers de la clientèle de Limoilou a été intégré au CLE de Charlesbourg. «Cette absence de cloisonnement permet de travailler de manière plus rapide», ajoute M. Gaboury.

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *