Économie
17:06 14 août 2013 | mise à jour le: 14 août 2013 à 17:06 Temps de lecture: 3 minutes

Vers Forêt: un projet de développement socioprofessionnel à valeur thérapeutique

Depuis le début de l’été, six jeunes adultes du Carrefour jeunesse-emploi Charlesbourg-Chauveau (CJECC) s’initient aux sciences forestières en participant à un stage rémunéré d’une durée de 15 semaines dans la Forêt Montmorency. Premier projet environnemental de la sorte pour l’organisme de Charlesbourg, «Vers Forêt» transpose en milieu naturel la formule des Chantiers urbains qui a fait ses preuves depuis 2002.

Trois jours par semaine, les participants sont ainsi amenés à accomplir une diversité de tâches selon les besoins déterminés par Hugues Sansregret, directeur des opérations à la Forêt Montmorency: reboisement, travaux d’aménagement dans les sentiers pédestres, suivi d’inventaire forestier, rénovation et construction d’installations de plein air et d’hébergement…

Chacune de ces activités leur est expliquée par le personnel en place, qui voit à la replacer dans le contexte d’un aménagement forestier durable comme celui de la Forêt Montmorency. Manière de les sensibiliser à leur travail en environnement et de stimuler leur curiosité à l’égard du milieu écologique, cet enseignement s’accompagne également de rencontres organisées avec des professionnels en foresterie, qui viennent les entretenir de leur métier ou du monde de la forêt.

Une aventure thérapeutique

«Le but, c’est d’utiliser la nature comme outil d’intervention», fait valoir Marie-Michelle Morneau, instigatrice de cette nouvelle initiative. Ancienne participante d’un projet d’insertion du CJECC qui a, depuis, entrepris un baccalauréat intégré en environnement naturel et aménagé à la Faculté de foresterie et géomatique de l’Université Laval, elle a développé le projet en collaboration avec l’un et l’autre.

Si l’objectif poursuivi par le CJECC est, comme toujours, d’offrir une expérience de travail valorisante qui s’inscrit dans une démarche de développement socioprofessionnel, Vers Forêt propose ceci de différent que cette expérience se déroule dans un cadre naturel retiré. C’est dire, d’une part, que le contexte est particulièrement propice à la réflexion, permettant un moment de répit à ces jeunes adultes en cheminement personnel. D’autre part, hébergés sur place deux nuits par semaine et responsables des tâches domestiques quotidiennes, ils en viennent à créer un fort esprit de communauté et de collaboration.

Alex Grenier, intervenant social qui coordonne le projet, vient confirmer cette valeur thérapeutique associée à l’aventure, dont les stagiaires lui disent déjà ressentir tous les bienfaits. Au point où, même, les démarches sont déjà entamées pour répéter l’expérience l’année prochaine.

La Forêt Montmorency, dont l’Université Laval est gestionnaire, est située dans les contreforts des Laurentides, à quelque 70 kilomètres au nord de Québec. Le projet Vers Forêt est rendu possible grâce au partenariat financier avec Service Canada et le Fonds régional d’investissement jeunesse.

Membre du Groupe Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *