Économie
19:11 28 novembre 2013 | mise à jour le: 28 novembre 2013 à 19:11 Temps de lecture: 2 minutes

Renouvellement de convention collective: les employés du Groupe Chartwell intensifient les moyens de pression

Ils étaient près d’une centaine d’employés à manifester ce midi devant la résidence pour aînés Manoir et Cours de l’Atrium à Charlesbourg, exploitée par le Groupe Chartwell. Membres du Syndicat québécois des employées et employés de service de la Fédération des travailleurs du Québec (SQEES-FTQ), ils dénonçaient ainsi la lenteur des négociations avec l’employeur, qui se poursuivent depuis la fin de la convention collective en août 2013.

«Nous désirons simplement que les travailleuses et les travailleurs aient un traitement digne, que les heures supplémentaires soient payées, qu’en cas de maladie grave les liens d’emploi se maintiennent, et que des postes à temps complet soient créés plutôt qu’une répartition de la misère à temps partiel», a énuméré Paul-André Caron, conseiller syndical. Il a également ajouté qu’un rattrapage salarial s’imposait, affirmant que Chartwell payait son personnel de deux à quatre dollars de moins que les employés d’autres résidences de la région représentés par le même syndicat.

Ces travailleurs, ce sont des gens à la maintenance, à l’entretien ménager et aux cuisines, de même que des infirmières auxiliaires et des préposés aux bénéficiaires, qui se sont tous déplacés sur leur heure de dîner pour manifester leur mécontentement. D’autres rencontres avec l’employeur sont prévues en décembre, sous la supervision d’un conciliateur nommé par le ministère du Travail. «Si la négociation n’avance pas, on n’exclut pas d’autres moyens de pression», a fait savoir M. Caron. (V.A.)

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *