Actualités
15:24 24 juin 2021 | mise à jour le: 30 juin 2021 à 09:28 Temps de lecture: 4 minutes

Nappes thérapeutiques: Rêver grand, aider plus

Nappes thérapeutiques: Rêver grand, aider plus
Photo: YANICK MACDONALD PHOTOGRAPHEJulie Blais à son passage à l'émission Dans l'oeil du dragon.

COMMERCE. Offrir un produit unique à visée thérapeutique pour enfants et adultes, voilà le défi que s’est donné Julie Blais, propriétaire de l’entreprise de nappes Bimoo il y a trois ans.

Tout a commencé lorsque son fils avait deux ans. «Il ne voulait plus manger, explique-t-elle. Pendant un repas, notre nappe était ornée d’insectes différents et j’ai remarqué qu’il se concentrait sur les dessins de la nappe. Pendant ce temps, je pouvais lui donner plusieurs bouchées de son repas. J’ai eu l’idée de créer des nappes avec des motifs différents pour divertir les enfants.» Selon la propriétaire, les rigidités alimentaires touchent 75% d’entre eux. L’envie de partager ses idées et d’en faire un projet d’entreprise venait de naître.

Si l’objectif de départ se voulait ludique et pratique, l’entreprise apporte aujourd’hui des saveurs éducative et thérapeutique à ses produits. L’idée est de stimuler, en coloriant sur les nappes de Bimoo, les quatre sphères du développement global: socio-affective, cognitive, langagière et motrice. Par exemple, certaines nappes sont trilingues, d’autres arborent des mandalas, des postures de yoga, des paysages et des animaux de la ferme. La propriétaire vise le marché des familles, les personnes âgées et les personnes à besoins particuliers. «Les nappes peuvent très bien occuper les enfants au restaurant, ou dans la chambre d’hôtel, ajoute la propriétaire. Ils peuvent stimuler aussi les personnes âgées. Pour ma part quand je colore avec mon fils, ça me vide la tête complètement, et ça crée un moment de qualité en famille. C’est très rassembleur comme activité.»

Julie Blais et les nappes Bimoo.
Photo gracieuseté – Dany Vachon

Colorier, laver et réutiliser

Le concept est simple. Les utilisateurs dessinent sur les nappes en polyester avec des crayons marqueurs lavables. Une fois l’activité terminée, ils les envoient à la laveuse pour les nettoyer. Ensuite, ils peuvent les réutiliser. Cette façon de faire diminue considérablement la quantité de papier qui peut être utilisée dans une maison, dans un centre d’hébergement pour aînés, dans une garderie et ou dans les restaurants.

Les nappes permettent aussi de mettre à l’avant-plan le savoir-faire d’ici, car les illustrations proviennent d’artistes et illustrateurs québécois. «Nous sommes fiers aussi d’avoir obtenu les certifications écologiques Oeko-Tex standard 100 et BSCI, ce qui assure que le tissu, l’impression et le fil ont été testés et ne contiennent aucune substance nocive, une valeur importante dans l’entreprise, précise la propriétaire. Nous recevons une grande vague d’amour et de témoignages comme quoi les produits font du bien.»

Des projets plein la tête

Julie Blais caresse d’autre projets qui seront déployés à la fin de l’été et à l’automne, comme l’ouverture prochaine de sa boutique en collaboration avec la clinique psychosociale La valise aux merveilles. Bien ancrée dans son projet, on la sent complètement sur son X. «Je me suis cherchée toute ma vie, j’ai étudié en hygiène dentaire, en bureautique et en comptabilité, confie-t-elle. J’ai travaillé à plusieurs endroits sans jamais sentir que c’était ma place. Aussi, j’ai toujours eu un intérêt marqué pour les arts. Je peins à l’huile et à l’acrylique et j’aime bien mélanger les médiums et les outils. Avec BiMoo, je peux faire ressortir toute cette énergie artistique qui m’habite et je souhaite encourager les autres artistes de tout genre.»

«Les nappes ont été conçues pour développer les quatre sphères du développement global.»

-Julie Blais, propriétaire

Percée internationale

L’entreprise vend ses produits en France et aux États-Unis depuis quelques mois, et percera bientôt le marché de l’Europe. Avec le passage de l’émission Dans l’œil du dragon au début juin, Bimoo a reçu une explosion de commandes. «J’ai embauché ma première employée, qui sera responsable marketing. Ça va bien!»

Plus de détails à https://bimoo.ca/

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *