Actualités
09:31 3 juin 2021 | mise à jour le: 3 juin 2021 à 09:31 temps de lecture: 3 minutes

Loiret: La forêt survivra-t-elle?

Loiret: La forêt survivra-t-elle?
Jean-Paul Galbrand, l'un des deux porte-paroles du groupe. Photo gracieuseté

PRÉSERVATION. Le groupe Forêt Charlesbourg est inquiet depuis le début des études préparatoires demandées par la Ville de Québec en lien avec le prolongement du boulevard Loiret jusqu’à la rue des Marsouins. Selon les personnes qui font partie de ce regroupement, la forêt serait détruite en grande partie si ce projet voit le jour.

D’après une étude de caractérisation du milieu naturel commandée par la Ville à l’entreprise Englobe, neuf milieux humides, dix milieux terrestres et sept cours d’eau sont concernés et en danger. «Les dommages sur la biodiversité de ces milieux seraient alors considérables et irréversibles, a affirmé Jean-Paul Galbrand. Ce terrain boisé est fréquenté par de plus en plus de personnes. Il représente un lieu sain offrant un accès à la nature. Au lieu d’aller de l’avant sur ce prolongement, nous proposons de préserver cet espace et en faire un parc naturel pour les citoyens.»

Des promoteurs à l’horizon?

Selon Jean-Paul Galbrand, des promoteurs seraient intéressés à développer sur les terrains de chaque côté du boulevard Loiret. «Nous cherchons à trouver des solutions pour cesser l’étalement urbain, avance-t-il. Ça ne finit jamais. On souhaite un meilleur équilibre des parcs naturels. En ce moment, la Ville enlève des espaces naturels pour en mettre ailleurs.»

Le groupe Forêt Charlesbourg croit qu’en préservant la forêt dans ce secteur, la Ville va dans le même sens que l’opinion publique qui, selon lui, veut garder cet espace naturel, et serait conséquente avec ses engagements envers la protection de la biodiversité et envers sa stratégie de développement durable.

En analyse

Plus de 4300 personnes, la majorité des citoyens de l’arrondissement, ont signé la pétition du groupe. «Nous sommes allés à la rencontre des citoyens pour vraiment prendre le pouls de l’opinion publique, et dans l’ensemble, personne n’est en accord avec un éventuel prolongement», a-t-il souligné. Lors des conseils d’arrondissement tenus les 27 avril et 25 mai derniers, le conseil municipal Patrick Voyer, en poste à la Ville depuis 2013, assure que des projets résidentiels ne sont pas envisagés, et que la Ville est sensible aux préoccupations de ses citoyens à l’égard de ces sujets. Pour l’instant, des analyses sont toujours à l’étude.

Le groupe milite depuis mars 2017 contre les déboisements de cette forêt par le biais de manifestations pacifiques, pétitions, chaînes humaines et présences dans les conseils d’arrondissements.

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *