Actualités
08:24 29 avril 2021 | mise à jour le: 29 avril 2021 à 08:24 temps de lecture: 4 minutes

Se retrousser les manches pour survivre

Se retrousser les manches pour survivre
Les commerces utilisent plusieurs stratégies pour rester en contact avec leur clientèle. Crédit photo - 123RF

COMMERCES. Les annonces du gouvernement Legault visant à freiner la propagation des variants dans la région de Québec amènent bon nombre de commerçants de Charlesbourg à se retrousser les manches pour prendre un virage numérique et adapter leurs services. Nombreux sont ceux qui utilisent toutes les ressources possibles pour rester en contact avec leur clientèle, et pour continuer le chemin parfois cahoteux de l’entreprenariat avec optimisme et résilience.

Des concours et des cadeaux

La boutique gourmande du Capitaine Doyle, située sur le boulevard Louis XIV et spécialisée dans la vente de fruits de mer des Îles-de-la-Madeleine, a misé sur les promotions, les concours et les cadeaux pour remercier sa clientèle fidèle. Les promotions sont diffusées sur leur page Facebook, qui elle, est reliée en temps réel sur leur site Web. «Nous avons aussi la carte fidélité du Capitaine Doyle, qui permet un plat gratuit à l’achat de dix, a souligné Bruno Lortie, co-propriétaire. C’est une autre initiative qui plait beaucoup.» La boutique étant jugée comme un service essentiel, elle peut rester ouverte tant que l’horaire permette aux clients de rentrer avant le couvre-feu.

Les réseaux sociaux pour mousser les ventes

La réalité est bien différente pour l’atelier-boutique Christine Mercier, jugée non essentielle. L’espace venait de rouvrir à la suite de son déménagement. «Après avoir encaissé le choc de l’annonce de la fermeture des commerces, j’ai rapidement établi un plan de vente à distance, à la mesure de ma petite entreprise, a expliqué la propriétaire, Christine Mercier. J’utilise les médias sociaux pour montrer à mes abonnés des items qui ne sont pas nécessairement dans ma boutique en ligne, mais qu’on peut facilement commander en m’écrivant ou en me téléphonant. Le paiement se fait à distance avec un système sécurisé, et j’offre la cueillette des achats à la porte de la boutique ou la livraison rapide avec une compagnie externe.»

Des espaces de livraison au Carrefour

Du côté du Carrefour Charlesbourg, certains détaillants, comme la librairie Charbourg et la boutique Jacques Le Papetier, ont mis de l’avant un service de cueillette à l’auto. «Le carrefour a attitré des places dans le stationnement qui sont spécifiques à ce service, a indiqué Alexandra Bélanger, directrice marketing. Les clients doivent communiquer avec les détaillants, et le paiement se fait en ligne, par téléphone ou à la porte, selon leur politique d’opération. Ils n’ont donc pas besoin d’entrer à l’intérieur pour récupérer leurs achats.»

La vente en ligne pour toucher de nouveaux marchés

Pour Sports Contact, une boutique spécialisée en vente d’accessoires de sports d’équipe située sur le boulevard Henri-Bourassa, l’investissement a été mis sur la refonte du site Web, la nouvelle boutique en ligne et la possibilité des frais de livraison gratuits. L’entreprise a même reçu des commandes d’autres provinces. Le propriétaire a parfois lui-même effectué des livraisons locales, question de pouvoir parler directement à sa clientèle et de les remercier pour leur soutien. «J’ai reçu beaucoup de mots d’encouragement et de messages positifs, a expliqué François l’Heureux, le propriétaire. Je sens que les clients aiment les commerces de proximité et nous encouragent à persévérer. Ça reste une période intense, mais c’est très motivant pour l’avenir.» Le volet corporatif aide aussi grandement l’entreprise. Les vêtements pour les écoles et les associations sportives ont fait une grande différence sur les ventes. Une quinzaine d’employés sur les quarante cinq sont toujours à l’emploi.

Pour les commerces jugés non essentiels, le défi sera assurément de continuer à diversifier leurs façons de maintenir une proximité avec leur clientèle, et de montrer que l’achat local peut faire toute la différence dans la survie de leur entreprise.

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *