Actualités
17:00 6 juin 2018 | mise à jour le: 6 juin 2018 à 17:00 temps de lecture: 3 minutes

Quand la perte d’êtres chers te pousse à rouler

Martin Michaud a fait face à la maladie plus d’une fois. Ses parents ont été emportés par le cancer en l’espace de quelques années. Puis, des proches ont reçu aussi le diagnostic-choc. Martin lui, est en pleine forme, et combat sur deux roues pour tous ceux qui ont souffert.   

En 2012, Martin a dédié sa course à Loïc, Brigitte et Oli, toutes victimes du cancer

Photo Métro Média – Jean-Philippe Dionne

En participant depuis 10 ans au Cyclo-Défi Endbridge contre le cancer, le résident et cycliste de Charlesbourg amasse des fonds pour lutter contre cette maladie. En autant d’années, c’est plus de 35 000$ qui ont été récoltés. Martin a perdu sa maman frappée par le cancer du sein en 1996. C’est pendant la maladie de son père que le cycliste a eu l’idée de participer à ce défi à vélo.

«À la base, je fais beaucoup de vélo et de fat bike. En 2009, j’ai entendu une publicité à la radio qui parlait du défi. Mon père était en traitement de son cancer du rein. Alors, je me suis senti interpellé et je me suis inscrit très rapidement. Affaibli par la maladie, il était présent au fil d’arrivée. Plus tard cette année-là, il est décédé. L’année suivante, j’ai participé encore au défi, puis la suivante, etc. Et je me suis dit: pourquoi ne pas se rendre à cinq ans, puis continuer jusqu’à 10?»

En mémoire aux victimes

Chaque année que Martin Michaud participe au défi, il la dédie à un proche, vivant ou disparu, touché par le cancer. «En 2014, j’ai allongé mon parcours de 800 kilomètres. Je suis parti du Château-Frontenac pour aller jusqu’au Parlement à Ottawa pour ensuite revenir à Montréal afin de prendre part au Cyclo-Défi de 200 kilomètres jusqu’à Québec. J’ai amassé 3500$ supplémentaires, sur les 2500$ habituellement, que j’ai donnés aux enfants d’une maman qui est décédée du cancer.»

En 2017, Martin a reçu une nouvelle de la part de son cousin, qui l’a énormément ébranlé. «Son petit garçon de 5 ans Loïc, l’âge du mien, a eu le diagnostic du cancer du rein. Son père n’est pas très près de moi, mais quand j’ai appris ça, on s’est parlé tout de suite. La bonne nouvelle, c’est que le petit bonhomme est en rémission depuis le mois de septembre et il pète le feu!» 

Cette année le parcours sera dédié à son ami français Tom. «En 2012, avec des amis cyclistes, nous avons roulé dans les Alpes. Et c’est dans la ville de Die que nous avons rencontré Tom. On s’est lié d’amitié, on a gardé contact. J’ai appris récemment qu’il est en chimiothérapie pour un cancer des testicules. Lui et moi, avons le même âge. Là je me rends vraiment compte que ça peut toucher n’importe quel groupe d’âge.»

L’édition du Cyclo-Défi aura lieu les 7 et 8 juillet. Martin sera accompagné d’amis qui viendront supporter la cause en plus des 1300 à 1500 autres cyclistes qui participeront à l’événement. Il compte participer dans l’avenir à d’autres événements, toujours dans le but de vaincre cette maladie qui a frappé son entourage au cours des dernières années.  

Photo Métro Média – Jean-Philippe Dionne

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *