Actualités
18:51 17 novembre 2008 | mise à jour le: 17 novembre 2008 à 18:51 temps de lecture: 3 minutes

Première nord-américaine au Centre Signes d’espoir

Avec l’ouverture officielle de la salle Maurice-Tanguay qui offre l’approche et l’espace multisensoriel Snoezelen, le Centre Signes d’espoir de Charlesbourg est devenu le tout premier organisme du genre en Amérique du Nord qui dessert une quarantaine de sourds multihandicapés à offrir un tel environnement à sa clientèle.
@RL’approche et l’espace Snoezelen implanté à Signes d’espoir vise à améliorer les comportements, l’humeur, les interactions et le mieux-être des sourds multihandicapés qui le fréquentent. On a donc aménagé deux locaux, une salle blanche et une salle noire, en plus d’installer du matériel qui agit sur les différents sens des usagers, soit des colonnes de lumière, un lit d’eau, un bain de balles, des miroirs, etc.
En réalIté, chaque personne qui bénéficie des bienfaits de la salle Maurice-Tanguay guide les éducateurs vers ce qui lui fait plaisir, la relaxe, la fascine à un moment donné dans le temps. «Cette approche libre est très sécurisante pour les usagers, particulièrement pour la douzaine d’autistes qui en profitent, a indiqué l’éducatrice responsable de la salle Maurice-Tanguay, Annick Gagnon. Chacun y trouve immanquablement son compte en la fréquentant.»
Cette salle Snoezelen possède également d’autres vertus toutes aussi importantes les Unes que les autres. En s’y rendant régulièrement, les usagers parviennent même à développer leurs habiletés sociales et leur estime de soi, apprennent la langue des sourds et à cuisiner en plus d’y comprendre certaines notions de mathématiques, d’histoire, de géographie, d’informatique, etc.
«Le projet de construction de la salle Maurice-Tanguay en est un fort thérapeutique pour notre clientèle, a déclaré la fondatrice de la Fondation Signes d’espoir, soeurt Louise Bellavance. Ce projet était désiré par la douzaine d’éducateurs en formation comme par nos usagers. Je tiens à remercier les généreux donateurs qui ont rendu possible ce projet important pour notre organisme.»
La construction de la salle Snoezelen a nécessité un investissement de l’ordre de 30 000 $. De ce montantT, 19 000 $ proviennent de la Fondation Maurice-Tanguay, les autres bailleurs de fonds étant la Caisse populaire Desjardins de Charlesbourg, la firme Grondin Nadeau et la Fondation des sourds du Québec.
Une courte cérémonie a marqué récemment l’ouverture officielle de la salle Maurice-Tanguay. C’est d’ailleurs le plus âgé des usagers du Centre Signes d’espoir, Rolland Boucher, 84 ans, qui a procédé à la coupure du ruban en compagnie de Louise Bellavance.
Plusieurs personnalités ont d’ailleurs assisté à cette courte rencontre. On pense ici au directeur général de la Fondation Maurice-Tanguay, Guillaume Gagnon, au député fédéral de Charlesbourg-Haute-Saint-Charles, Daniel Petit, à la représentante de la Caisse populaire Desjardins de Charlesbourg, Hélène Thibault, au président de la Fondation des sourds du Québec, Daniel Forgues, ainsi que plusieurs autres intervenants du milieu.
Toutes ces personnalités ont été reçues par l’équipe d’employés de la Fondation Signes d’espoir dont la directrice générale est Huguette Lépine.

Les usagers de la salle Maurice-Tanguay ont entre autres la possibilité de relaxer lorsqu’ils la fréquentent.

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *