Actualités
14:53 28 juin 2017 | mise à jour le: 28 juin 2017 à 14:53 temps de lecture: 3 minutes

Patrick Voyer défend le projet Custeau

DÉVELOPPEMENT URBAIN. Au Nord de Charlesbourg, le projet Custeau soulève plusieurs questionnements de la part de citoyens en défaveur de celui-ci. Le conseiller municipal, Patrick Voyer, du District électoral des Monts, assure que tout a été fait dans les règles de l’art.

Patrick Voyer, conseiller municipal de l’Équipe Labeaume.

(Crédit photo – Équipe Labeaume)

Il y a quelques années, avant même l’élection de M. Voyer en 2013, le promoteur Sébastien Leboeuf avait acheté les terres des sœurs du Bon-Pasteur et des maisons dans le but de construire entre 1600 et 1800 logements.

Toutefois, ses plans ont été refusés par les citoyens et l’administration Labeaume, de sorte qu’il a passé le flambeau à Investissement Donerail.

En octobre 2016, le président de l’entreprise, Charles Custeau, a proposé de construire 230 logements dans le secteur de la rue Georges-Muir, entre l’autoroute Laurentienne et le boulevard Henri-Bourassa. Des investissements totalisant près de 60M$. Il compte également ajouter quelques commerces de quartier. Pour tout cela, un changement de zonage est nécessaire.

«Nous avons dit au Groupe Custeau : si vous voulez que ça marche, voici ce que vous devez faire. Nous lui avons donné tous les commentaires des citoyens recueillis lors des consultations publiques. Nous avons travaillé avec lui pour nous assurer que la population l’accepte», a expliqué M. Voyer, qui dit avoir protégé plus de 1,5M de pieds carrés de milieu humide, tout en s’assurant de la protection des cours d’eau et de la forêt.

Article du 15 mars 2017 : le conseil de quartier s’oppose

Des citoyens déplorent que l’aboutissement de ce projet risque d’augmenter la circulation automobile lors des heures de pointe. À ce sujet, le conseiller d’Équipe Labeaume répond que des mesures seront prises : «Nous prévoyons mettre un feu de circulation à l’entrée et à la sortie de l’autoroute Laurentienne sur la rue Georges-Muir pour améliorer la fluidité. Des détecteurs qui changeront la lumière en la présence d’une voiture seront installés.»

Les plans ont été présentés en conseil de quartier et le promoteur a même rencontré les citoyens à quelques occasions. Pour que le projet ne respecte pas l’acceptabilité sociale, une douzaine de personnes doit s’y opposer pour entamer le processus menant à un référendum.

«Aucun citoyen ou groupe de personnes ne s’est manifesté, ce qui nous permet de conclure à l’acceptabilité sociale», conclut-il.

Lien du futur projet.

(Photo capture d’écran Google Satellite)

Charlesbourg Express, membre du groupe Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *