Actualités
17:03 10 décembre 2014 | mise à jour le: 10 décembre 2014 à 17:03 temps de lecture: 3 minutes

Secteur George-Muir: nouveau projet de relance sur la table

POLITIQUE MUNICIPALE. Les terrains du feu projet Nodélo, dont Leboeuf Société immobilière était propriétaire, auraient été vendus à un nouveau promoteur. Celui-ci a déposé un nouveau projet pour développer le secteur de George-Muir qui respecterait les balises fixées par la Ville de Québec. En prime, il répondrait aux préoccupations exprimées par les citoyens, dont les réserves avaient conduit les élus de l’Arrondissement à retirer le projet de règlement en août dernier.

Le conseiller du district des Monts, Patrick Voyer, a confirmé au Charlesbourg Express avoir vu le nouveau projet en question, bonifié par le promoteur à partir des indications formulées par la Ville à la lumière des commentaires des citoyens. «Qu’est-ce qui manque pour que ça marche?», s’est-on demandé en substance pour guider toute nouvelle proposition.

La version initiale de la Ville se trouverait ainsi amendée sur trois points litigieux, résume M. Voyer. D’abord, aux citoyens qui s’inquiétaient de la pollution sonore pour les futurs résidents, une zone tampon de 200m en bordure de l’autoroute Laurentienne serait respectée. Une autre bande serait aménagée entre le bâti actuel et le nouveau bâti, à la demande de certains.

Préservation du boisé de Bigorre

Le boisé de la rue Bigorre, où le plan de la Ville autorisait le prolongement de la rue et la construction d’une dizaine de résidences, demeurerait quant à lui intact dans la nouvelle version du promoteur. Ils avaient été plusieurs résidents du secteur à s’interroger sur le bien-fondé de projeter de nouvelles habitations sur un sol qui, à leurs yeux, avait des allures de tourbière.

L’examen des lieux par la Division de l’environnement a permis de conclure que la nature du sol aurait un impact négligeable sur un nouvel aménagement. Du reste, la zone de conservation prévue compensait largement le sacrifice du boisé, rappelle Patrick Voyer.

Cela dit, parce que le conseiller refuse d’aller en référendum «pour perdre», surtout pour une dizaine de constructions, recommandation a été faite de préserver les lieux. Le Canac-Marquis pourrait toutefois aller de l’avant avec ses plans d’agrandissement.

«Le reste du projet, il n’y avait pas de problème», de conclure l’élu par rapport, notamment, aux espaces réservés au commercial.

Séance d’information

Patrick Voyer ignore pour l’heure l’identité du promoteur. Le courtier immobilier chargé de vendre les terrains de Sébastien Leboeuf n’avait pas donné suite à notre demande d’information au moment de mettre sous presse.

À moins qu’il ne désire garder l’anonymat, le nouveau propriétaire devrait néanmoins se faire connaître au plus tard au début de 2015, alors qu’une séance d’information sera organisée par l’Arrondissement. «J’ai donné le go pour préparer la rencontre», signale M. Voyer qui, à quelques jours du congé des Fêtes, préférait attendre la nouvelle année pour ne rien précipiter avec les citoyens.

La suite des choses est déjà connue: le nouveau projet devra se plier à l’habituel processus de consultation publique.

Bonification du plan de développement

– Zone tampon de 200m entre l’autoroute Laurentienne et les futures résidences

– Aménagement d’une bande entre les anciennes et les nouvelles résidences

– Conservation du boisé de Bigorre

Membre du Groupe Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *