Actualités
18:36 1 mai 2013 | mise à jour le: 1 mai 2013 à 18:36 temps de lecture: 3 minutes

Camp Bourg-Royal: la Ville s’engage à en protéger la vocation «nature»

La remise en cause de la vocation actuelle du site du camp Bourg-Royal, à Charlesbourg, oblige la direction des Camps Odyssée à en annuler la programmation de camps de jour pour l’été 2013. C’est ce que la population apprenait, le 9 avril dernier, sur la page Facebook de l’administration, dans un message signé par le directeur général, Réjean Roy.

Rejoint par téléphone pour faire la lumière sur la situation, celui-ci n’a pas souhaité fournir d’informations supplémentaires. «Pour certaines raisons, nous n’offrirons pas de camps de jour l’été prochain», s’est-il contenté de confirmer, renvoyant la balle dans le camp de la Ville de Québec, qui «a montré de l’intérêt à l’acquérir [le lot]».

Quel avenir pour le site?

Non seulement la levée des activités du site Bourg-Royal a-t-elle attiré son lot de commentaires déçus sur la page Facebook de l’organisme, mais elle a également suscité une certaine inquiétude quant à l’avenir du boisé. Guylaine Paquet, qui réside sur la rue Astrid, s’est présentée au Conseil d’arrondissement, le 30 avril, pour interroger les élus de Charlesbourg sur le sort qu’on réservait à cet espace vert.

La présidente de l’arrondissement, Odette Simoneau, s’est montrée rassurante. Elle a confirmé que la Ville était en négociation pour se porter acquéreur du terrain dans le but de protéger la zone. «Il ne se fera pas de construction de condos là», s’est-elle engagée. Tout au plus pourrait-il y avoir prolongement de la rue Astrid jusqu’à la rue Anne-Pivain dans la pointe inférieure du lot. Mais la conseillère insiste: «L’objectif, c’est de le protéger, c’est que ça demeure une zone verte; ça se trouve à être à l’extérieur du périmètre urbain, donc il n’y a pas de chance de construction là, c’est vraiment une procédure pour protéger la zone.»

Si les négociations aboutissent, le lot appartiendrait donc à la Ville, mais pas le camp. «On n’est pas tenus d’en conserver la vocation […], de garder l’animation d’un camp de jour pour enfants», a répondu Odette Simoneau à Guylaine Paquet.

Propriétaire du site Bourg-Royal depuis 1995, les Camps Odyssée y tiennent des camps de jour depuis 1998. À la dernière saison estivale, les inscriptions s’élevaient à 2000 séjours. Cet été, le camp Bourg-Royal entend néanmoins poursuivre ses activités sur le site de l’école Saint-Jean-Eudes.

Membre du Groupe Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *