Actualités
17:59 11 octobre 2013 | mise à jour le: 11 octobre 2013 à 17:59 temps de lecture: 3 minutes

Le site de l’ancien zoo restera un espace public

Fermé depuis 2006, le site de l’ancien Jardin zoologique de Québec demeurera un espace public et sera mis en valeur par la Société des établissements de plein air du Québec (Sépaq) et la Commission de la capitale nationale du Québec qui en deviennent propriétaires.

La ministre responsable des régions de la Capitale-Nationale et de la Chaudière-Appalaches, Agnès Maltais, a confirmé, ce midi, la décision gouvernementale de conserver la vocation publique de ce site de près de 600 000 m2, soit l’équivalent de la moitié de la superficie du Vieux-Québec.

La Sépaq se voit confier le mandat de réaliser une démarche concertée pour sa mise en valeur et assurer la pérennité de ce joyau récréotouristique pour la région et pour tout le Québec. Un comité sera formé pour recevoir et analyser les projets qui lui proviendront autant de l’entreprise privée que d’organismes publics afin d’enclencher le processus de la réouverture en 2015.

«Les conditions nécessaires et essentielles sont réunies pour assurer une solution viable à ce site exceptionnel dans le plus grand respect des orientations gouvernementales et de l’environnement, en concertation avec le milieu régional», a déclaré Mme Maltais.

Vente de deux immeubles

Le président-directeur général de la Sépaq, Raymond Desjardins, a mentionné pour sa part qu’il n’y aura pas de nouvelles dépenses associées à cette démarche, bien au contraire, puisque la totalité de l’argent résultant de la vente des édifices à bureaux situés au nord-ouest du site et de l’entrepôt plus à l’est, qui appartiennent à la Sépaq, sera réinvestie dans l’opération de mise en valeur du site.

Déjà responsable du parc des Moulins, la Commission de la capitale nationale sera associée à la Sépaq en participant au comité de mise en valeur de l’ensemble du site.

«Ça prend un promoteur privé, à moins de mettre de l’argent public. Mais ils en ont mis pour la serre [indo-australienne], 30 M$, et ça a été un flop total. C’est beaucoup d’argent. Il faudrait trouver un promoteur privé qui veuille faire quelque chose là. On parle à du monde», a commenté le maire de Québec, Régis Labeaume.

 

 

Charlesbourg Express, membre du Groupe Québec Hebdo.

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *