Actualités
20:36 18 juin 2013 | mise à jour le: 18 juin 2013 à 20:36 Temps de lecture: 3 minutes

Projet domiciliaire du secteur Léo-T.-Julien: rencontre cordiale entre les citoyens et le promoteur

C’est dans un esprit d’ouverture et de respect que s’est déroulée hier la rencontre d’information entre les citoyens du secteur de la rue Léo-T.-Julien et le promoteur 3B. À l’invitation de celui-ci, ils étaient une cinquantaine de résidents du nord de Charlesbourg à s’être déplacés au Centre de ski Le Relais pour faire part de leurs préoccupations quant au développement domiciliaire qui leur a été présenté.

Les esprits s’étaient visiblement calmés depuis la consultation publique du 11 juin dernier. La mobilisation citoyenne avait été telle qu’elle avait conduit les élus de Charlesbourg à reporter le projet de règlement de modification de zonage et l’avis de motion à la séance du 25 juin. Dans l’intervalle, ils avaient suggéré au promoteur de rencontrer les citoyens pour répondre à leurs questions.

Un projet de 155 lots

Un conseil qu’auront donc suivi Laurier Beaulieu, président de Société immobilière 3B, son fils David Beaulieu, directeur général et résident du secteur visé, Denis Maltais, ingénieur, Fabien Bolduc, expert de la firme Dessau, et Yves Boisvert, chargé de projet. Celui-ci a d’abord livré un aperçu du projet résidentiel qui, à terme, prévoit l’aménagement d’environ 155 lots, destinés a priori pour des maisons unifamiliales. Ce faisant, les rues de Léman et de Chavannes seront prolongées et le réseau d’aqueduc, amélioré.

Pour permettre la réalisation de ce projet, la Ville entend agrandir la zone résidentielle actuelle à même la zone agroforestière qui lui est contiguë. En contrepartie, quatre zones de conservation naturelles, représentant environ 40 % de la superficie totale, seront créées au sein du nouveau périmètre résidentiel.

Préoccupations citoyennes

S’étirant sur 1h30, la rencontre d’information a laissé transparaître deux préoccupations majeures des citoyens: l’approvisionnement en eau et la sécurité routière. La première a reçu la garantie du promoteur de n’être en rien modifié pour ces résidents qui tiennent à conserver intact le lac Léman, celui-ci faisant le charme du quartier avec le boisé environnant.

Quant au problème de circulation, si Yves Boisvert a suggéré l’ouverture d’une nouvelle artère pour empêcher les embouteillages, il n’a pu que rediriger les citoyens vers la Ville pour que cette solution se concrétise. Ce qui n’a pas eu l’heur de plaire à ceux qui, du conseil de quartier au conseil d’arrondissement, n’ont pas eu l’impression d’avoir l’écoute des élus. «On n’est pas contre le projet, mais on a des préoccupations qui ne semblent pas pris en considération par la Ville», a lancé une citoyenne en résumant le sentiment général.

Cherchant manifestement un terrain d’entente, les citoyens et le promoteur ont convenu de tenter d’uniformiser leurs demandes auprès de l’Arrondissement de Charlesbourg pour que toutes les parties y trouvent leur compte.

Membre du Groupe Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *