Actualités
09:40 22 novembre 2021 | mise à jour le: 25 novembre 2021 à 15:05 Temps de lecture: 4 minutes

Démolition de la serre: le député de Charlesbourg donne sa version

Démolition de la serre: le député de Charlesbourg donne sa version
Photo: Métro Média Mona LechasseurMichel Lagacé devant la serre en compagnie de citoyens et d'organismes.

MORATOIRE. Questionné sur l’épineux sujet de la démolition de la serre,  le député de Charlesbourg et ministre de l’Énergie et des ressources naturelles du Québec Jonatan Julien affirme que tout a déjà été fait pour sauver le bâtiment.

«Bien honnêtement, si après quinze ans aucun changement de vocation n’a été trouvé, ce n’est pas faute de bonne volonté bien au contraire, explique-t-il. Après les annonces de constructions des écoles, un avis d’intention a été émis par la Société québécoise des infrastructures. Aucun projet viable n’a été déposé, puisque le financement et les vocations proposées ne fonctionnent pas avec la vision de conserver un site naturel.»

Pétition déposée

Depuis l’annonce de la démolition de la serre, des citoyens et organismes demandent un moratoire pour trouver une solution. Le vendredi 19 novembre dernier, l’organisme Jardin de la Capitale a déposé une pétition de plus de 12 000 signatures au bureau de la vice-première ministre et ministre responsable de la Capitale-Nationale Geneviève Guilbault et au bureau du maire de Québec. «Mon souhait depuis le début est de redonner cet espace aux citoyens de la ville dans un site naturel, explique Jonatan Julien. On a tout essayé, on a même approché des entreprises pour démanteler la serre et la déplacer. Dans l’analyse qu’il y a eu, financièrement parlant ça ne tient pas la route.»

Bâtiments hyper spécialisés

M. Julien soutient également qu’il tient compte de l’avis d’experts dans cette situation. «On a tenté de voir la possibilité de convertir le bâtiment des primates pour faire des vestiaires et du rangement. Les spécialistes nous disent que ça fait aucun sens puisqu’ils sont hyper spécialisés, et qu’ils ne rencontreraient pas les besoins qu’on aurait. On nous dit que les bâtiments sont non utilisables à d’autres fins. Depuis quinze ans, personne n’a réussi à matérialiser les idées soumises et ce n’est pas parce qu’on n’a pas l’intérêt de le faire.»

Réaction du maire Marchand

Le maire de Québec Bruno Marchand a brièvement commenté le dossier un peu avant le premier conseil de ville du 22 novembre. Il a confirmé avoir reçu la réception de la pétition . «C’est une saine pression de la part des citoyens et ce serait facile de leur dire que nous allons sauver la serre, a lancé le maire. La Ville est un tierce parti dans ce dossier, nous ne sommes pas propriétaire. J’ai demandé à mon équipe de rencontrer le Centre de services scolaire des Premières-Seigneuries qui en est propriétaire. Il faut d’abord voir tout ce qui a été fait, et nous restons ouvert avec les organisations responsables.»

La serre a été construite en 2002 au coût de 14 M$. Jardin de la Capitale demande la confirmation du moratoire sur la démolition de la serre et la tenue d’une rencontre d’urgence avec la ministre responsable de la Capitale-Nationale et le maire de Québec pour trouver une solution. «Cet équipement unique, qui devrait être l’objet de notre fierté, a été construit avec les taxes des citoyens de tout le Québec, a déclaré Michel Lagacé, président de Jardin de la Capitale. Il est donc essentiel que son avenir soit déterminé dans une démarche citoyenne transparente et que l’on mette tout en œuvre pour valoriser de façon responsable ce site exceptionnel. Par la démolition de la serre, quel message on envoie aux futurs élèves des deux écoles qui seront sur ce site?» 

Article sur l’appui de citoyens et d’organismes : https://www.quebechebdo.com/local/journal-charlesbourg-express/297882/appui-massif-pour-conserver-la-serre/

Article sur la démolition de la serre : https://www.quebechebdo.com/actualites/298222/le-cadeau-de-grec-sera-t-il-demoli/

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *