Charlesbourg Express
13:08 21 janvier 2021 | mise à jour le: 15 octobre 2021 à 12:44 Temps de lecture: 3 minutes

Devenir meilleur orateur à l’ère Zoom

Devenir meilleur orateur à l’ère Zoom
Photo: /Photo gracieuseté - Club Toastmasters

HABILETÉS. La pandémie n’a pas ralenti les activités du Club Toastmasters de Charlesbourg, bien au contraire. Alors que les portes ouvertes de l’organisme ont lieu jeudi 21 janvier à 19h à distance, le nombre d’adhésions augmente favorablement, laissant croire qu’une formule virtuelle, ou à tout le moins hybride, pourrait continuer après la pandémie.

En plus d’offrir le programme de communication internationale à tous ceux qui souhaitent devenir de meilleurs orateurs ou développer de meilleures habiletés communicationnelles, la section locale du club international aimerait également rejoindre les travailleurs au sein d’une entreprise, une avenue possible, mais peu demandée par d’éventuels futurs membres.

«On a une dizaine de parcours disponibles, selon les objectifs personnels de chacun. Le parcours se fait à notre rythme», fait valoir Marcel Pépin, vice-président au recrutement du club charlesbourgeois.

En plus d’avoir à travailler des discours choisis ou improvisés, les participants s’engagent à évaluer leurs pairs. La particularité est qu’il n’y a pas de formateur, selon une formule où la collaboration prévaut. L’orateur est également évaluateur et vice-versa, le tout dans un esprit constructif.

Qui peut se joindre aux Toastmasters? N’importe qui, des étudiants aux parents au foyer en passant par les chefs d’entreprise et les retraités. «Les Toastmasters, c’est juste le cadre. Certains travaillent leur aisance, leur confiance à l’oral. Mais pour d’autres, c’est l’écoute active qu’ils souhaitent travailler, ou encore pratiquer son humour ou sa créativité», fait valoir Daniel Jibouleau, vice-président aux relations publiques du Club Toastmasters Charlesbourg.

De nouvelles possibilités

«On a un membre de l’Australie et on a eu un visiteur du Mexique lors d’une réunion virtuelle. Auparavant, un club à Québec ne pouvait pas faire des rencontres uniquement virtuelles, mais la situation actuelle le permet. Ça a ouvert des possibilités», explique M. Jibouleau.

Grâce aux réunions virtuelles offertes depuis le début de la pandémie, Daniel Jibouleau a pu participer à des rencontres Toastmasters ailleurs au Québec et à l’étranger, une plus-value selon les administrateurs. Les membres peuvent effectivement ponctuellement participer à une réunion d’un club ailleurs au Québec qui offre une rencontre plus rapidement que leur club habituel pour pratiquer un discours, par exemple.

Si les rencontres physiques manquent à Marcel Pépin et Daniel Jibouleau, revenir uniquement à l’ancienne formule n’est pas l’option privilégiée pour le futur. «Développer la version hybride m’intéresse tout particulièrement», fait valoir M. Pépin, qui a une expertise en informatique.

Tous les invités ont droit à trois rencontres gratuites afin de voir s’ils vont de l’avant avec le programme et payer les frais d’adhésion.

Renseignements sur le site: toastmasterscharlesbourg.org/ ou via la page Facebook de l’organisme.

«Les Toastmasters, c’est juste le cadre. Certains travaillent leur aisance, leur confiance à l’oral. Mais pour d’autres, c’est l’écoute active qu’ils souhaitent travailler, ou encore pratiquer son humour ou sa créativité».
-Daniel Jibouleau

 

 

 

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *