Actualités
15:37 20 octobre 2020 | mise à jour le: 20 octobre 2020 à 15:37 temps de lecture: 3 minutes

Exploiter les terres des sœurs de la Charité pour l’autosuffisance alimentaire

Exploiter les terres des sœurs de la Charité pour l’autosuffisance alimentaire
Photo: /Photo Métro Média - Perrine GrusonLes terres des Sœurs de la Charité sont actuellement données à contrat par le Groupe Dallaire à l'entreprise Semican qui y plante du soya.

AUTONOMIE. À l’ère de la Covid-19, où le Québec est dépendant de nombreux fournisseurs étrangers pour s’alimenter, mais où le gouvernement réitère l’importance de s’autosuffire et d’acheter local, un résident du quartier Montcalm profite du moment pour lancer une pétition. Intitulée Acquisition des anciennes terres des Sœurs de la Charité afin d’améliorer l’autonomie alimentaire du Québec, la pétition sur le site de l’Assemblée nationale met en évidence l’importance d’avoir une terre nourricière en ville et de l’utiliser pour les besoins alimentaires locaux.

Michel Houle milite au sein de divers organismes, comme La Ville que nous voulons ou encore Les AmiEs de la Terre. Son cheminement écologique s’est déroulé sur plusieurs années. «Malheureusement, on est pas mal dépendants de l’extérieur au niveau alimentaire. Les terres des sœurs de la Charité, c’est fabuleux ce qu’on pourrait faire avec ça», explique celui qui souhaite simplement être l’instigateur de la concrétisation d’un tel projet. Le retraité voit le projet sous tutelle avec le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation et aimerait y inclure des arbres fruitiers et des serres amovibles. «Sauver la planète, c’est ici et maintenant. Ces terres sont taillées sur mesure [pour une telle initiative]».

Statu quo?

Pour le moment, les terres des Sœurs de la Charité sont zonées pour un usage agricole et appartiennent à une société en commandite, dont le Groupe Dallaire est l’actionnaire majoritaire depuis qu’il les a acquises en 2014. Le promoteur souhaite construire 6500 unités d’habitation sur les quelque 200 hectares qui composent le terrain. C’est d’ailleurs à cet effet que la Ville de Québec a demandé un changement de zonage pour ces terrains dans le Schéma d’aménagement qu’elle a soumis au gouvernement provincial. En novembre 2019, le ministère des Affaires municipales a envoyé un 3e refus consécutif à l’administration municipale pour le dézonage.

Groupe Dallaire n’a pas donné suite à nos demandes d’entrevue pour en savoir plus sur ses futurs projets concernant le terrain.

Pour signaler son intérêt à la concrétisation d’un projet d’agriculture urbaine sur les Terres des sœurs de la Charité, on peut se rendre jusqu’au 15 décembre à :  www.assnat.qc.ca/fr/exprimez-votre-opinion/petition/Petition-8463/index.html

 

 

 

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *