Actualités
13:04 30 octobre 2019

Ancien zoo : un parc récréatif municipal réclamé

Ancien zoo : un parc récréatif municipal réclamé
Photo: (Photo Métro Média - Perrine Gruson)

PROJET. Le Charlesbourg Express vous l’annonçait en primeur début septembre. Initialement prévue sur le stationnement de l’ancien zoo, la future école secondaire ne verra probablement pas le jour à cet endroit en raison d’une conduite souterraine municipale d’envergure. Sentant le cœur de l’ancien zoo menacé, la Table de quartier Orsainville, appuyée par des partenaires régionaux, a rendu public son mémoire portant sur l’importance de redonner le terrain à la population en y implantant un parc récréatif municipal.

Dans leur mémoire, Michel Lagacé et Marcel Pépin demandent que la Ville soit propriétaire du terrain. La Sépaq a récemment jeté l’éponge et redonné les terrains au gouvernement du Québec. Les auteurs croient que l’administration municipale serait la mieux outillée pour gérer et conserver le parc.

Les projets envisagés

(Photo gracieuseté)

Le document met en évidence les nouvelles fonctions du site dont pourrait bénéficier la population. Pour les auteurs, une base de plein-air est le projet à privilégier puisque la couronne nord de la ville n’en possède pas, assorti d’une réouverture de la serre au public.

Jean-Denis Brisson, de la Société des amis du Jardin Van den Hende de l’Université Laval, y verrait un outil pour faire de la formation pour les étudiants en horticulture ou en sciences. Un musée de sciences naturelles dans l’un des quatre bâtiments restants du parc serait l’idéal.  «Il y en a à Montréal et à Sherbrooke mais pas à Québec. On pourrait y faire notre propre jardin botanique. En tout cas, je vois une vocation scientifique pour ce parc», a fait valoir M. Brisson évoquant aussi des papillons ou des espèces indigènes de plantes dans la serre tropicale inutilisée.

À LIRE ÉGALEMENT: La serre de l’ancien zoo: une ressource inutilisée?

(Photo gracieuseté)

La nouvelle école secondaire dans le parc de l’ancien zoo plutôt que sur son stationnement?

Le chauffage de la serre a été arrêté dans les deux années suivant la fermeture de la serre. (Photo gracieuseté)

La serre, un «diamant» actuellement à l’abandon

(Photo gracieuseté)

La serre du parc de l’ancien zoo a coûté 14M$ aux contribuables et a été en opération moins de quatre ans, de 2003 à 2006.

À l’époque, Michel Lagacé a participé à sa construction en tant que biologiste et scientifique. Il affirme que le bâtiment, d’une solidité remarquable avec ses châssis doubles, ne se détériore pas facilement et qu’il serait encore en bon état malgré un déficit d’entretien. Le scientifique estime sa remise en état à 800 000$.

Spécificités techniques de la serre:

(Photo gracieuseté)

-Sa superficie est de 2464 mètres carrés et le bâtiment de service adjacent de 1320 m2. Elle a été construite en 2003 au coût de 14M$ et fermée depuis 2006. L’installation comprend un système de ventilation, d’éclairage, de brumisation, d’irrigation, un corridor et un tunnel de services.

-Elle est complètement vitrée sur les 3 murs extérieurs et 50 % de la superficie du quatrième mur est fermée par le bâtiment de services attenant.

-La serre est constituée d’un mur rideau avec du verre thermos broché, fixé sur une structure d’acier dont deux rangées de verre s’ouvrent mécaniquement.

La table de quartier Orsainville et les partenaires régionaux qui soutiennent le projet attendent désormais une réaction et un suivi de la part de la Ville de Québec, du gouvernement du Québec et de la Commission scolaire des Premières-Seigneuries auprès desquels ils ont fait des démarches.

Le mémoire a été appuyé par la Corporation de développement communautaire du grand Charlesbourg, la Société d’histoire de Charlesbourg, le Club des ornithologues du Québec, la Société des amis du Jardin Van den Hende, Nature Québec et le jardinier paresseux Larry Hodgson.

Extrait du mémoire :

La Table de quartier Orsainville demande:

  • au gouvernement du Québec, et particulièrement au député de Charlesbourg, Jonathan Julien et à la ministre responsable de la Capitale nationale, Geneviève Guilbault, de :
  • préserver l’intégrité et l’unité de tout le parc;
  • rendre la totalité de ce parc accessible à la population;
  • céder ce parc et ses bâtiments à la Ville de Québec;

 

  • à la Ville de Québec, et particulièrement au maire de Québec, Régis Labeaume, de:
  • entamer les discussions avec le gouvernement du Québec pour y développer un parc récréatif municipal;
  • mandater les services appropriés de la Ville pour faire les analyses requises;
  • devenir propriétaire et gestionnaire de l’ensemble du parc de l’ex Jardin zoologique du Québec.

Il est possible de consulter le mémoire dans son intégralité sur la page Facebook Redonnez-nous le parc de l’ex zoo

 

Commentaires 2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  • Michel Lambert

    Le conseil de quartier Notre-Dame-des-Laurentides a également approuvé par résolution le mémoire de la Table de quartier Orsainville.

  • Francine Therrien

    tout à fait en accord avec le mémoire, j’aime me promener au parc du moulin et je trouve triste de voir la serre déserte, il y a de beaux bâtiments qui peuvent servir . C’est un gaspillage de laisser tout ça à l’abandon.Je souhaite que les choses bougent et que votre mémoire soit entendu.