Actualités
13:33 28 octobre 2019

Restaurer une maison patrimoniale, un défi qui vaut la peine

Restaurer une maison patrimoniale, un défi qui vaut la peine
Photo: (Photo Métro Média - Perrine Gruson)

INITIATIVE. Pierre O. Nadeau, résident de Charlesbourg, a concrétisé un projet de rénovation sur trois ans de la maison Samuel-Bédard, dans le Trait-Carré. Au début de sa retraite, l’ex-journaliste qui a toujours aimé rénover, a acheté à la Ville de Québec la bâtisse ancestrale du 7930, 1ère Avenue pour un montant de 80 000$. Trois ans plus tard, le résultat lui aura finalement coûté un peu plus d’un demi-million de dollars avec une aide de 75 000$ de la Ville de Québec.

«Quand j’ai acheté la maison en 2015, la Ville de Québec en était propriétaire. Elle était placardée et la Ville ne la rénovait pas et ne l’entretenait pas», confie M. Nadeau qui a su par la suite que l’administration municipale avait commandé un rapport qui évaluait sa restauration à 1M$.

Le passionné du marteau s’est heurté à de nombreuses exigences de la part de la Ville de Québec, du ministère de la Culture et des Communications (puisque la maison est classée au patrimoine provincial) et également aux normes de la Régie du bâtiment, qui sont parfois difficilement conciliables avec les vieilles demeures. «Tout a été plus difficile à cause de la fonction commerciale. Ça a coûté 200 000$ de plus que prévu», indique le Charlesbourgeois. Même s’il en était à sa 4e restauration de maison patrimoniale, il n’en avait jamais réalisé pour un bâtiment zoné commercial.

Un café artistique avec galerie d’art

L’ex-employé de Québecor a commencé ses rénovations et sa remise en état du lieu sans dessein particulier. Mais peu après, l’idée d’en faire un café avec des concerts assorti d’une galerie d’art s’est imposée à lui. Une fois les importants travaux terminés, M. Nadeau a finalement décidé de mettre en vente l’immeuble rénové pour un montant de 498 000$, abandonnant son projet. «C’est peut-être la fatigue. Il y aussi le problème de pénurie de main d’œuvre. Je suis journaliste de carrière, pas restaurateur. Il y a des gens qualifiés pour ça, il aurait fallu que j’aie des partenaires», fait-il remarquer en admettant n’avoir aucune expérience entrepreneuriale. Cependant, celui qui en est l’actuel propriétaire aimerait encore y voir un projet artistique. «Je pourrais y faire des animations, donner un coup de main. On pourrait aussi y faire des 5 à 7, des lancements. Un restaurant familial haut-de-gamme conviendrait bien également. Pour moi, le Trait-Carré, c’est le secteur de l’avenir. Ce lieu a énormément de potentiel», croit-il. Depuis la mise en vente, Pierre Nadeau a eu une dizaine de visites. «Je suis peut-être ouvert à la location dans le cas d’un projet très solide», fait-il savoir.

Inspirer d’autres citoyens

Pierre O. Nadeau a le patrimoine tatoué sur le cœur. Pour celui qui habite un vieux manoir également rénové à quelques pas de là, rien de mieux pour la qualité de vie qu’une ancienne demeure. «Pour moi, la vieille bonne maison, c’est la maison de l’avenir. Elle va résister à tout. Si tu as la chance d’habiter une vieille demeure, ne la déguise pas», fait-il valoir. Loin de décourager les citoyens, Pierre O. Nadeau rappelle à ceux dont la propriété vient d’être répertoriée ou classée que la Ville et le ministère sont là pour aider, autant au niveau technique que financier avec des subventions disponibles. «La Ville fait une job ingrate. C’est vrai que c’est frustrant qu’ils choisissent ta poignée de porte. Mais en même temps, il faut une règlementation», fait-il observer.

Pour l’amateur d’art, rien ne fait plus plaisir que de recevoir des compliments sur ce qu’il a réalisé au 7930, 1ère Avenue, qui s’apparente pour lui à une œuvre d’art. «Comme simple citoyen, j’ai relevé le défi. J’espère pouvoir inspirer d’autres personnes».

 

 

Commentaires 2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  • Serge Duclos

    C’est la maison qui a vu naître le Carrefour jeunesse-emploi Charlesbourg-Chauveau en 1996 et qui a été occupée jusqu’en 2003. C’est avec reconnaissance (et un brin de nostalgie) que nous constatons que ce petit bâtiment patrimonial, sis en plein coeur du Trait-Carré, aura une nouvelle vie!!!

    Bravo au citoyen Pierre Nadeau pour cette initiative!

  • Claire Pageau

    Cette bâtisse est devenue magnifique, après l’avoir vue délabrée. Je souhaite un beau projet pour cet immeuble.