Actualités
14:55 7 juin 2019

Quel avenir pour la maison patrimoniale sur le site de la future centrale de police?

Quel avenir pour la maison patrimoniale sur le site de la future centrale de police?
Photo: (Photo gracieuseté - Ville de Québec)

HISTOIRE. Une maison ancestrale, reconnue pour son intérêt patrimonial et répertoriée par la Ville de Québec, se trouve sur la bande de terrain acquise par l’administration municipale qui doit y construire sa future centrale de police. La Société d’histoire de Charlesbourg a été la première à se questionner sur son avenir, elle qui voudrait la préserver.

La maison, construite en 1898, située au 485, boulevard Louis XIV, possède une fiche patrimoniale répertoriée sur le site de la Ville de Québec. «Cette maison représente le modèle québécois par excellence. On le reconnaît par son corps de logis surhaussé afin de protéger ses occupants du froid et de l’humidité de la terre. En, raison de la hauteur du rez-de-chaussée, la galerie devient l’une des principales composantes de ce type. En plus de jouer un rôle pratique, elle augmente les qualités esthétiques de la construction», peut-on lire dans sa fiche.

La Société d’histoire préoccupée

«Qu’adviendra-t-il de cette résidence ancienne: elle sera conservée dans son intégralité, transformée pour une nouvelle vocation, déménagée ou tout simplement détruite? Des maisons anciennes sont disparues ces dernières années dans ce secteur du boulevard Louis XIV. Espérons un meilleur sort pour celle-ci, surtout qu’elle devient propriété municipale», a indiqué l’administrateur de la page Facebook de la Société d’histoire de Charlesbourg.

Même si la Ville n’a pas confirmé ses intentions au sujet ddu bâtiment, l’organisme de Charlesbourg a des suggestions à lui soumettre. «Le projet de centrale va coûter des dizaines de millions de dollars. On pourrait utiliser quelques dizaines de milliers de dollars pour pomponner un peu la maison et la rendre utile pour la nouvelle centrale. On pourrait facilement y loger un des nombreux services de la police ou de la Ville, un musée des policiers, un lieu d’accueil pour les citoyens. Cette maison n’est pas une charge…c’est une opportunité pour la nouvelle centrale. […] Pour une rare fois, il y a quelque chose à faire pour sauver et intégrer un bâtiment centenaire à un grand projet public et à peu de frais», a fait valoir la Société d’histoire dans un commentaire de sa publication initiale sur sa page Facebook.

 

 

 

 

 

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *