Charlesbourg Express
11:27 28 mai 2019

Sa tumeur cérébrale KO grâce à la neurochirurgie

Sa tumeur cérébrale KO grâce à la neurochirurgie
Photo: (Photo gracieuseté)

Défi du Kilimandjaro

RÉSILIENCE. Kathy Gélinas, une Charlesbourgeoise de 43 ans, a appris à 35 ans qu’elle était atteinte d’une tumeur au cerveau. Après plusieurs années de traitements et de récidives, la tumeur est enfin en dormance. Kathy Gélinas participera pour la 4e fois au défi du Kilimandjaro dont elle est la porte-parole, le 8 juin prochain, au profit de la recherche en neurochirugie.

En 2011, Mme Gélinas a appris qu’elle souffrait d’une tumeur cérébrale qui lui occasionnait d’intenses maux de tête et des troubles de la vision. Elle se fait opérer quelques jours après par la docteure Karine Michaud, neuro-oncologue et neurochirurgienne au CHU de Québec, qui pratique alors une résection partielle de la tumeur. Malheureusement, en 2015, la tumeur reprend du service et Mme Gélinas doit subir plusieurs cycles de chimiothérapie. Après deux autres récidives, la mère de famille subit alors une 2e opération en 2017, toujours réalisée par Dre Michaud, qui permet d’enlever complètement la tumeur.

Évolution de la recherche

Du temps a passé entre les deux opérations et Kathy Gélinas a pu voir la différence. C’est la raison pour laquelle elle a souhaité s’investir pour faire avancer la recherche en neurochirurgie. «Elle a fait des pas de géant en six ans. Les traitements ont vraiment été optimisés», indique-t-elle. C’est d’ailleurs l’avancée de la science dans le domaine, ainsi que l’expertise que son médecin est allée chercher à l’étranger, qui a permis de pouvoir enlever complètement la tumeur la 2e fois.

Malgré deux opérations invasives dans le cerveau, Kathy Gélinas n’a que peu de séquelles. Elle doit cependant apprendre à vivre avec des problèmes de concentration et une vision périphérique gauche détériorée. «Ça peut être frustrant de regarder en arrière si on s’aperçoit de ce qu’on a perdu. Je préfère regarder en avant, en ayant toujours de nouveaux rêves et de nouveaux objectifs en tête. C’est comme le défi [du Kilimandjaro], il faut y aller une marche à la fois», exprime-t-elle.

Le sport dans le sang

Malgré la maladie, Kathy Gélinas a toujours été en forme.

Si elle ne se considère pas comme une athlète, Mme Gélinas s’est toujours maintenue en forme autant en s’entraînant régulièrement que pour des événements plus importants comme des demi marathons. La porte-parole du Défi Kilimandjaro participera pour la 4e fois cette année à l’événement. Malgré la maladie, le sport ne l’a jamais quittée. «Le sport, ça te sort de ta tête les problèmes. Tu es encore en train de réaliser quelque chose», fait valoir la survivante.

Un défi sportif familial

Le défi consiste à gravir à 60 reprises, en équipe, les 487 marches du grand escalier du Parc de la Chute-Montmorency, ce qui équivaut à la hauteur du mont Kilimandjaro, soit 5892 mètres. Chaque équipe s’engage à amasser un montant minimum de 1500$ pour la recherche en neurochirurgie au CHU de Québec-Université Laval. Un défi de moindre taille, accessible pour les enfants ainsi que des activités familiales auront également lieu sur le site. Fin mai, 70 équipes étaient inscrites au Défi. La Fondation du CHU de Québec espère dépasser son objectif de 130 000$ pour l’événement qui aura lieu le 8 juin prochain. Kathy Gélinas a réussi à former deux équipes de dix personnes chaque qui ont déjà amassé plus de 10 000$ en dons.

Pour encourager Kathy Gélinas et la recherche https://www.jedonneenligne.org/fondationchudequebec/campagne/Kili2019/participants/Profiles/view/5556d3a4-9b5e-4954-ade8-8299cde116a1

 

Commentaires 1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  • Audrey Gignac

    Bravo maman! Je suis fière de toi xxx