Charlesbourg Express
10:55 25 mars 2019

Le fils écrit, le père illustre

Le fils écrit, le père illustre
Photo: (Photo Métro Média - Perrine Gruson)

LIVRES. À la suite de difficultés en français, les parents du jeune Gaël l’ont incité à écrire une histoire. Depuis, le jeune garçon en a écrit plusieurs, tandis que son père, graphiste, les illustre. Le 4e livre de la série Le gros chat bleu issu de leur collaboration sortira sous peu.

En 2e année, le jeune Gaël a éprouvé des difficultés en français. Le conseil familial a alors décidé de lui faire écrire une histoire et pour le motiver, son père lui a offert de l’illustrer, comme récompense pour ses efforts. «Gaël commençait à avoir un petit retard d’apprentissage en lecture et en écriture. L’école nous a suggérés de trouver des idées pour le faire pratiquer», raconte Pierre Rodrigue, son papa.

L’école à pédagogie alternative Freinet, où étudie le jeune, a comme particularité de ne pas avoir de manuel scolaire, seulement des livres généraux. «On l’a donc dirigé vers de vrais livres pour s’inspirer», indique son père.

La démarche

L’écriture du premier livre s’est étalée sur trois mois. Gaël a monté l’action de son histoire, puis ses parents lui posaient des questions pour éclaircir certains points. Enfin, il l’a rédigé complètement pour se pratiquer en écriture. Malgré quelques frustrations en cours de route pour Gaël pour qui l’histoire était très claire dans sa tête mais pas toujours dans la façon de la transmettre, le jeune garçon est aujourd’hui très fier et n’éprouve d’ailleurs plus de difficultés particulières en français. «Mon père me demandait qui, quoi, où, quand et pourquoi? Pour m’aider quand j’écrivais mes histoires, car ce n’était pas toujours clair», fait valoir le jeune garçon.

Le début de la notoriété

Après avoir terminé le livre Le gros chat bleu, Gaël a voulu en imprimer une quinzaine de copies à distribuer à ses amis et sa famille. Une visite au Salon du livre de Québec en 2018 les a poussés, lui et son père, à demander à un éditeur d’imprimer quelques copies. «On a envoyé le fichier par courriel. Le lendemain, il a dit qu’il voulait l’éditer et non juste l’imprimer», se rappelle M. Rodrigue. Un an plus tard, le 4e livre du père et du fils va sortir, une série de livres pour les plus jeunes est également en production et les contrats déboulent à vive allure pour le graphiste qui avait délaissé son crayon deux ans avant le début du projet avec son fils, travaillant dans un autre domaine.

«Grâce au projet de Gaël, j’ai pu réaliser mon rêve que j’avais laissé de côté de faire imprimer mes dessin», confie l’illustrateur.

Si Gaël a signé le contrat d’édition, qu’il participe à plusieurs salons du livre, qu’il est concepteur et est consulté à chaque étape, la priorité pour ses parents est son épanouissement à l’école et dans ses jeux d’enfants. «Mais je veux continuer à être écrivain», proclame-t-il.

Selon l’illustrateur, le livre a reçu de bonnes critiques en particulier car il est un bel exemple de persévérance mais également «parce que c’est un enfant qui parle aux enfants, ce qui est quand même assez rare».

La collaboration père-fils a permis de réaliser un rêve. Ici, les premières dédicaces du jeune garçon. (Photo gracieuseté)

Gaël et son père seront au prochain Salon international du livre de Québec qui se tiendra du 10 au 14 avril. Informations au www.silq.ca

 

 

 

 

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *