Charlesbourg Express
16:01 19 mars 2019

Des nappes éducatives pour manger dans la bonne humeur

Des nappes éducatives pour manger dans la bonne humeur
Photo: (Photo gracieuseté)

ENTREPRENEURIAT. Julie Blais a dû expérimenter la phase du non de son garçon de 22 mois, comme la plupart des parents. Sauf qu’elle a décidé de s’y attaquer de front en lançant son entreprise de nappes éducatives, pour aider d’autres parents.

Comme toutes les mamans, Julie Blais n’était pas préparée à la phase d’affirmation de soi de son fils. «Du jour au lendemain, lui qui mangeait de tout ne voulait plus rien manger», raconte la maman.

La famille avait alors une nappe sur laquelle étaient dessinés des insectes et c’est ainsi que la maman a pu détourner l’attention de son fils et lui faire avaler quelques bouchées.

C’est de cette expérience qu’est née l’idée de création de nappes. Julie Blais a alors plongé dans l’aventure entrepreneuriale et a pondu sa compagnie, BiMoo. «J’ai pris un cours de lancement en entreprise chez Fierbourg, à raison de deux soirs par semaine. Une période de ma vie bien occupée», relate-t-elle.

Les nappes

La mère de famille propose quatre thèmes pour ses nappes: la jungle, la ferme, la mer et les émotions, avec des inscriptions bilingues en français et en anglais. «Je me suis inspirée des thématiques populaires dans les livres et trois illustrateurs ont répondu à mon appel. Le matériau utilisé est du polyester recyclé. C’était important pour moi qu’il n’y ait pas de traitement chimique dessus», fait valoir la Charlesbourgeoise.

Un décor ludique pour de meilleurs moments familiaux

«La nappe fait partie du décor. Elle permet d’interagir et de détourner l’attention des enfants sur une alimentation qu’ils refusent. Ça amène des interactions sociales avec les enfants et une ambiance agréable», indique Mme Blais.

Même si la phase d’affirmation de soi n’est heureusement pas toujours longue, la maman souligne qu’une nappe se réutilise toute la vie, même si l’intérêt pour le design graphique est moins là de la part de l’enfant.

L’entrepreneure croit également que son produit pourra aider des jeunes qui vivent avec un trouble du déficit de l’attention «ça aide à focuser sur le repas et moins sur les stimuli extérieurs qui peuvent déranger», ou un trouble du spectre de l’autisme «ça aide aux connexions sociales avec l’entourage». Elle pense d’ailleurs commercialiser son produit auprès de garderies et d’écoles.

Deux formats de nappes sont proposés. Son projet est actuellement en sociofinancement sur la plateforme La Ruche. «Ça me permet de tâter l’intérêt. Mais mon idéal serait d’en vivre», confie la comptable de profession qui  se dit prête à se lancer 100% en affaires quand le temps sera venu.

Le projet de Julie Blais est en financement jusqu’au 8 avril. https://laruchequebec.com/projet/bimoo-5425/

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *