Actualités
10:37 22 janvier 2019

Le projet-pilote de fusion administrative provoque des craintes

Le projet-pilote de fusion administrative provoque des craintes
Photo by: (Photo Métro Média - Perrine Gruson)La fusion administrative des écoles Joseph-Paquin et de L’Envol à Charlesbourg sera évaluée à la fin de l’année scolaire.
Écoles spécialisées Joseph-Paquin et l’Envol

ÉDUCATION. La fusion administrative de deux écoles publiques spécialisées à Charlesbourg est en projet-pilote pour l’année scolaire 2018-2019. Le Syndicat du personnel de soutien de la Commission scolaire des Premières-Seigneuries constate que la mesure comprend plusieurs défis.

Lyne Beaudoin, vice-présidente du Syndicat du personnel de soutien s’est montrée inquiète. «Quand la direction d’école est absente, elle n’est pas en mesure de régler les problèmes au fur et à mesure, c’est impensable avec des élèves qui ont des besoins criants, confiait-elle. Le personnel de soutien remplace même parfois les enseignants. Il n’y a pas de suivi de fait aux problèmes quotidiens. On est toujours en bout de ligne et le personnel se retrouve à avoir des responsabilités qu’il ne devrait pas avoir».

La directrice générale de la Commission scolaire, Marie-Claude Asselin, a répondu qu’il s’agissait d’un projet-pilote de fusion administrative et non d’une institutionnalisation. Elle a également indiqué que les écoles conservent chacune leur conseil d’établissement et leur budget. «Nous nous sommes dits qu’au terme de cette année, nous aurions identifié les avantages et les inconvénients de tout ça. Nous avions fait une pré analyse l’année passée», a indiqué Mme Asselin à la vice-présidente. La directrice a rappelé que la Commission scolaire est tenue de consulter les associations de cadres mais pas le personnel. «Cependant, l’année passée, je me suis déplacée et je suis allée à la rencontre de l’assemblée de parents de l’école Joseph-Paquin pour montrer les avantages et comment ça allait fonctionner», fait valoir Marie-Claude Asselin.

«Pour le moment, il y a moins de disponibilités de la gestionnaire qui gère les deux bâtisses. Mais on ne lui en veut pas, on ne fait que constater, a simplement rappelé Mme Beaudoin. On ne commentera pas au-delà, on va attendre l’analyse qui sera faite au printemps 2019, en leur faisant part des constats que nous observons en amont, toutefois», a-t-elle fait savoir.

 

Des écoles pour enfants à besoins particuliers

L’école Joseph-Paquin se spécialise dans les élèves atteints de surdité au primaire et au secondaire ainsi que des élèves en troubles sévères du langage. L’école de l’Envol accueille des jeunes de 5 à 21 ans avec toutes sortes de handicaps, dont la déficience intellectuelle. Les deux établissements ont des mandats suprarégionaux.

Questionnée sur les motivations à faire l’essai d’une fusion administrative, les réponses de la Commission scolaire sont restées évasives. «Le but n’est pas de faire deux écoles en une. On veut vraiment voir si  ça peut être intéressant, on ne peut pas en dire plus puisque les analyses ne sont pas faites», a mentionné Isabelle Bédard-Brûlé, conseillère en communications pour la Commission scolaire.

 

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *