Actualités
12:00 19 janvier 2019

Interpréter la faune ailée au parc des Moulins

Interpréter la faune ailée au parc des Moulins
Photo by: (Photo gracieuseté – Commission de la Capitale-Nationale)

OISEAUX. Un projet ornithologique a été complété l’automne dernier au parc des Moulins, prenant la forme d’un circuit d’interprétation de cinq stations qui permettent d’observer les oiseaux.

Le projet, une initiative citoyenne de Robert Morin, alias monsieur Moineau, un passionné des oiseaux qui a donné de nombreuses conférences sur l’ornithologie dans sa vie, s’est concrétisé récemment.

Plusieurs mangeoires sont installées en marge des stations d’observation avec panneaux. «C’est une manière de prendre soin de la faune ailée», a fait valoir Valérie Lesage, conseillère en communications pour la Commission de la Capitale-Nationale.

Des panneaux d’information pour l’observation des oiseaux sont en place.

Une phase 2 espérée

Robert Morin aurait espéré que le projet aille plus loin et établisse le lien entre les plantes, arbres et arbustes comme sources de nourriture pour les oiseaux. «On devient un allié des oiseaux en protégeant et en plantant des plantes qui seront leur garde-manger en quelque sorte», relate M. Morin. La phase 2 du projet aurait mis de l’avant «d’autres affiches, des nichoirs, des sites aménagés pour la faune ailée ou terrestre afin de démontrer la richesse de la biodiversité», a-t-il fait savoir. Cependant, la Commission de la Capitale-Nationale a déclaré ne s’être jamais engagée pour une telle poursuite du projet.

Commentaires 2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  • Bernard Jolicoeur

    Quelle belle initiative, bien sûr qu’on veut une phase II. Voilà une mise en valeur abordable d’un site exceptionnel accessible à tous, on peut même s’y rendre en bus.
    À Encourager, bravo Monsieur Moineau

  • Ginette Cyr

    Quelle belle idée ce serait de planter des arbres et arbustes qui seraient favorables pour les oiseaux. Mais surtout, que tout l’aménagement soit fait de façon que ce parc soit un habitat très accueillant pour les oiseaux (et pour toute la faune sauvage, d’ailleurs).