Sports
15:19 3 août 2021 | mise à jour le: 3 août 2021 à 15:19 Temps de lecture: 3 minutes

Courir avec une personne à mobilité réduite

Courir avec une personne à mobilité réduite
Photo: /Photo gracieuseté

INITIATIVE. Les Courses partagées de Québec permettent aux coureurs de partager un moment en compagnie d’une personne à mobilité réduite. Comment ça fonctionne? La personne qui court pousse une chaise spéciale conçue pour la course, dans laquelle se trouve un co-coureur, une personne à mobilité réduite. L’activité gratuite permet de briser l’isolement social, tout en pratiquant une activité physique.

Les Courses partagées existent depuis 2018. Malgré la pandémie depuis un an et demi, leur saison, même écourtée, a pu se maintenir, permettant ainsi l’activité sociale et physique aux participants. Le mouvement est parti de Sherbrooke, où les Courses partagées ont été créées par des étudiants en génie qui avaient conçu comme projet d’études une chaise roulante de course. «C’est un fauteuil plus adapté à la course. Il faut pouvoir se tenir assis dans la chaise», précise Catherine Carrière, qui siège sur le conseil d’administration, qui est également le comité exécutif, avec six autres personnes.

Depuis la naissance du mouvement, les Courses partagées ont lieu chaque mercredi soir, à la marina de Saint-Roch, de 18h à 20h. Il n’y a pas d’inscription requise, les organisateurs s’assurent simplement d’avoir assez de coureurs. «On demande aux gens de faire une boucle de trois kilomètres, puis ils reviennent sur place et on fait des rotations. Si on est plus de coureurs que de co-coureurs, on peut se relayer, c’est intéressant», explique Mme Carrière.

Est-ce difficile de pousser une telle chaise? Si Catherine Carrière confirme que cela dépend du poids de la personne dans la chaise, elle fait valoir que sur du plat, courir est très facile et que «ça roule presque tout seul. Dans les côtes, on le sent plus», exprime-t-elle.

Les Courses partagées de Québec, reconnu comme OSBL, possède cinq chaises adaptées et loue un local pour les entreposer.

Briser l’isolement

Le principal but de l’activité est de briser l’isolement. «Ça reste du social. Parfois les adultes à mobilité réduite ont moins d’activités sociales, alors ça aide», explique l’administratrice.

Si les co-coureurs apprécient beaucoup l’activité, l’organisatrice affirme que le fait de ne pas avoir de réservation à faire et que le service soit gratuit est un gros plus.  Les courses se font autour de la rivière Saint-Charles, à partir de la marina, donc dans la verdure. «Les co-coureurs observent le paysage, ils sont en mode plus contemplatif. Certains apprécient la vitesse», mentionne-t-elle.

Nouveautés

En plus des démarches initiées pour recruter des personnes à mobilité réduite auprès des organismes, l’OSBL cherche également à recruter des personnes âgées. «On aimerait recruter cette clientèle-là, on se fait connaître auprès des résidences à proximité».

Est-ce que des courses sont prévues ailleurs dans la ville dans un futur proche? «Les chaises ne rentrent pas dans des véhicules normaux donc on solidifie nos réseaux. On invite les gens à prendre le transport adapté», précise-t-elle.

«Si on est plus de coureurs que de co-coureurs, on peut se relayer, c’est intéressant».

-Catherine Carrière

Informations sur la page Facebook de l’organisme Les Courses partagées de Québec.

 

 

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *