Dans nos écoles
10:52 20 février 2020 | mise à jour le: 20 février 2020 à 10:52

Vélo stationnaire, voyage humanitaire et nouvelle vision du monde pour 21 jeunes

Vélo stationnaire, voyage humanitaire et nouvelle vision du monde pour 21 jeunes
Sur le gilet officiel du projet il est marqué «los caballeros de corazón» pour les chevaliers du coeur alors que les chevaliers est le nom officiel des équipes sportives de l’institution. (Photo Métro Média – Jean Carrier)

ENTRAIDE. Un total de 21 jeunes de troisième secondaire du programme Entrepreneuriat-Études de l’école La Seigneurie prendront part à un voyage humanitaire en République dominicaine. Avant de mettre le cap sur San José de Ocoa pour construire une maison à Kikito et sa famille, le groupe doit amasser un montant de près de 45 000$. Le clan était réuni à l’agora de l’institution secondaire avec ses professeurs pour un nouveau moyen de financement: un vélo-thon.

Pendant toute la journée scolaire, les jeunes et certains membres du personnel ont sué à grosses gouttes sur le vélo stationnaire afin d’amasser de l’argent pour le voyage. «Nous avons séparé le groupe en cinq équipes. Les participants se relaient en rotation aux trente minutes. Cela permet à tout le monde de pédaler pour couvrir la journée. L’activité s’est super bien déroulée», affirme celle qui pilote le projet, Nancy Lavergne.

Les jeunes étaient motivés pour pédaler. (Photo Métro Média – Jean Carrier)

La journée a permis d’amasser 3200$ qui viendront s’ajouter aux 41 000$ déjà accumulés.

Sortir de sa zone de confort

Si les élèves ont déployé beaucoup d’énergie lors de l’activité, ce n’est rien en comparaison avec la tâche qui les attend du 8 mai au 19 mai. Geneviève Simard, Victor Desjardins et Laurie Lanthier sont venus en témoigner.

«Nous avons huit jours pour construire la maison. Nous savons que les conditions sont difficiles alors qu’il n’y a pas d’eau courante sur place et l’électricité n’est vraiment pas toujours fonctionnelle. Nous sommes prêts mentalement à affronter ces conditions et c’est pour cela qu’on fait le voyage. Nous voulons voir le monde d’une autre façon. C’est une occasion unique de faire une bonne action et de se mettre dans la peau de cette famille qui vit en permanence avec des conditions de vie difficiles», affirment les trois comparses tout à tour.

Unis pour la cause

Si le voyage permettra au groupe de comprendre la chance qu’ils ont de vivre au Québec, les trois élèves mentionnent également que l’expérience a déjà tissé des liens d’amitié importants à l’intérieur du groupe. «Nous avons eu plusieurs rencontres déjà pour le voyage et la chimie est présente entre nous. Nous sommes soudés. Nous allons nous souvenir très longtemps de cette expérience. Nous espérons voir la vie sous un autre angle après avoir aidé cette famille.»

 

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *