Communaute
13:51 7 avril 2021 | mise à jour le: 7 avril 2021 à 13:51 temps de lecture: 4 minutes

La noble mission de Kif Kif familles mobilisées en action

La noble mission de Kif Kif familles mobilisées en action
Kif Kif offre un soutien indéniable aux familles immigrantes de Beauport et Limoilou. Photo 123 RF

Immigration. Dans une province et une ville qui requièrent de plus en plus l’aide des familles immigrantes pour combler les demandes de main d’œuvre, il est étrange de voir à quel point la population n’a aucune idée des problèmes additionnels que la COVID-19 crée sur ces familles. Du moins, c’est le cas pour de nombreuses familles de Beauport et Limoilou selon celle qui a fondé l’organisme en 2013, Kif Kif familles mobilisées en action, Aicha Lakhdar.     

La solidarité des membres de l’organisme. Photo gracieuseté

«Simplement l’annonce du couvre feu a créé un sentiment de panique beaucoup plus fort que dans la population générale. Il y a des familles syriennes qui sont arrivées récemment et qui ont été grandement affectées par la guerre. Des familles qui ont vu des proches disparaître sans raison et qui ont une certaine crainte avec l’autorité. Pour eux, l’annonce du couvre-feu était un retour à cet état policier et à la guerre. Il a fallu faire beaucoup de sensibilisation pour expliquer que ces choses n’arriveraient pas au Québec. Il a fallu les convaincre de choses banales comme la possibilité de garder les lumières ouvertes après l’heure passée du couvre-feu. Tu peux lire la peur dans les yeux de certaines familles qui ont été décimées par la guerre de leur pays d’origine», mentionne celle qui porte également le titre d’intervenante sociale.

L’organisme, qui s’occupe de l’intégration harmonieuse des familles immigrantes dans la communauté, a 193 familles dans ses rangs comptant au moins 32 nationalités différentes. Inutile de dire que l’organisme n’a pas chômé dans les derniers mois.

«La communication est importante et il fallait retransmettre l’information en anglais, en espagnol, en arabe et d’autres langues également. On trouve toujours quelqu’un pour traduire les consignes sanitaires et donner les outils nécessaires aux familles pour fonctionner», mentionne Aicha, qui parle elle-même quatre langues.

Stress majeur

La pandémie a accentué aussi plusieurs problèmes selon l’intervenante sociale. Un confinement qui amène une augmentation importante des cas de violence conjugale.

«Le confinement a placé un stress énorme sur ces familles. C’est un peu comme un volcan en éruption. Certaines cultures n’ont pas la même vision de la relation entre le mari et la femme. Il y a des différences à cet égard avec le Québec et sa vision égalitaire. Il n’y a pas une semaine qui se passe sans que je ne voie un cas de violence conjugale. C’était vraiment loin d’être aussi fréquent avant la pandémie. On essaie de sensibiliser la femme que ce n’est pas comme ça que les choses doivent se passer au Québec. On essaie de la convaincre que la police et les autorités vont la protéger si elle porte plainte, mais c’est très difficile à réaliser. La grande majorité du temps, il ne se passe rien», concède l’agente de mobilisation qui ajoute que l’organisme travaille sur un projet de sensibilisation pour les hommes afin de mieux respecter la culture québécoise.

Plusieurs chapeaux

L’organisme se donne la mission de briser l’isolement de ces familles. Plusieurs activités sont organisées alors que la COVID-19 n’a pas freiné l’élan de l’organisme.

«Que ce soit du jardinage sur le toit de l’Entraide Agapè cet été, de notre groupe d’aide aux devoirs pour les enfants qui a été très utile pendant le confinement, de nos ateliers de groupe sur les réseaux sociaux pour trouver des solutions aux problèmes de la vie quotidienne ou simplement l’accompagnement des familles en procurant du transport, nous sommes très actifs. Honnêtement, je n’ai jamais été aussi occupée», termine la femme qui rêve d’une nouvelle camionnette pour l’organisme puisque la sienne commence à éprouver certains problèmes.

Kif Kif a également un service d’aide alimentaire avec une cuisine collective. Photo gracieuseté
Activité de jardinage extérieur. Photo gracieuseté

Articles similaires

Commentaires 1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  • Milena Velásquez

    J’aimerais vous aider, je suis latino-américaine.