Communaute
20:00 4 août 2008 | mise à jour le: 4 août 2008 à 20:00 Temps de lecture: 3 minutes

Certains commerçants exaspérés

Les travaux en cours sur la rue Seigneuriale exaspèrent certains commerçants qui ont vu, dans les dernières semaines, leur clientèle diminuer passablement. En plein cœur de ces travaux, la Halte des Seigneurs. Dans ce complexe d’une douzaine de commerces, alors que certains comptabilisent des ventes bien en deçà de leur chiffre d’affaires habituel pour ce temps-ci de l’année, d’autres ont même dû mettre à pied une partie de leur personnel.
@R : C’est le cas pour M. Tremblay, propriétaire de la boucherie La Tablée depuis 15 ans. Dans la boucherie déserte, l’homme semble découragé. «C’est très difficile. Notre chiffre d’affaires a baissé de 20 à 25% si on compare aux mêmes mois l’an passée, et c’est conservateur. On est alors passé de sept à cinq employés, et certains à temps pleins sont maintenant à temps partiel», a commenté le boucher qui affiche des pertes importantes puisque bœuf et veau peinent à trouver preneur.
«Mon stock dort là et on fini par le jeter, se décourage-t-il en pointant un comptoir rempli. Je peux comprendre les gens qui n’ont pas nécessairement le temps de faire plein de détours pour aller à la petite boucherie de quartier. Ces gens-là choisissent donc l’épicerie…». Pas de vacances pour le boucher cette année. Comme M. Tremblay ne bénéficie du support d’aucune bannière ou chaîne d’alimentation, il doit lui-même assumer les pertes liées aux travaux qui s’effectuent dans la rue Seigneuriale.
Ce n’est toutefois pas le cas pour le Subway, situé à quelques portes de là. Questionnée sur l’achalandage, la superviseure est claire. «C’est certain que ça parait. Pour un dîner comme ce midi, on aurait eu habituellement quatre ou cinq employés. Depuis le début des travaux, on n’en a besoin que de deux ou trois», fait remarquer Julie Lefrançois.» Du point de vue du chiffre d’affaires, on assiste sensiblement au même constat. «À pareil date l’an passée, on avait 25 à 30% plus de ventes. À Beauport, on est habituellement le Subway qui vend le plus. Cet été, on a les moins bons chiffres des quatre.» Mme Lefrançois a tout de même vu une légère reprise depuis le début des vacances de la construction. La machinerie immobile, les clients semblent moins importunés.
Au Centre ordinateur multi-services, on semble moins affecté par les travaux routiers. «On travaille plutôt sur la route, on ne voit pas vraiment de changements. Quoique… certains clients arrivent ici en sacrant. D’autres nous appellent même pour savoir comment se rendre», a constaté le commis, qui, tout comme son voisin boucher, était la seule âme qui vive dans le commerce. Les temps durs devraient se terminer partiellement avec la fin des travaux de la phase 1, vendredi. (L.F.)

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *