Communaute
01:00 10 novembre 2017 | mise à jour le: 10 novembre 2017 à 01:00 temps de lecture: 3 minutes

Immigrants bien accueillis à Beauport

MULTICULTURALISME. La 15e Semaine québécoise des rencontres interculturelles (SQRI) a eu lieu la fin d’octobre, à Beauport.

Le jardin est opéré par des Québécoises et Syriennes.

Photo gracieuseté – Entraide Agapè

La Semaine québécoise des rencontres interculturelles a pour but de mettre en valeur la contribution des Québécois de toutes les origines au développement de la province, d’encourager le dialogue et de susciter le rapprochement interculturel. La semaine visait également à faire valoir l’apport positif de l’immigration et de la diversité ethnoculturelle du Québec et à lutter contre les préjugés et la discrimination.

Pour le moment, aucune donnée n’est disponible à la Ville concernant le nombre de familles immigrantes installées à Beauport. Les derniers chiffres remontent à 2011 et ne sont pas divisés par arrondissement. Selon les données du site du ministère de l’Immigration, de la Diversité et de l’Inclusion, il est toutefois mentionné que «plus de 15 661 personnes immigrantes, admises au Québec au cours de la période 2000-2009, résidaient dans la région de la Capitale-Nationale en janvier 2011».

Faciliter l’intégration

L’organisme Les Amis Veillants, de Beauport, a comme mission d’entrer en relation avec les immigrants et la communauté d’accueil dans le but de faire connaître les cultures des uns et des autres. Tout ça dans le but d’éliminer le racisme.

Par exemple, l’organisme a organisé une fête d’Halloween interculturelle où des Québécois et des Québécoises ont pu discuter avec des représentants des cultures mexicaines, marocaines, africaines et iraniennes des fêtes traditionnelles de leurs pays. Tous étaient vêtus de leurs habits traditionnels.

«On a pu comprendre que partout, il y a des fêtes où les gens se réunissent et s’amusent. Il y a eu de la danse de toutes les cultures et on a terminé la journée avec un repas où les gens pouvaient échanger», raconte la coordonnatrice de l’organisme, Monireh Jafari, d’origine iranienne.

L’organisme présente, 16 fois par année, une personne de culture différente aux enfants de l’École Beausoleil – bâtiment du Parc.

Sur son toit, l’organisme Entraide Agapè a également un jardin servant à alimenter les gens qui s’impliquent auprès de ce groupe. Ce jardin est opéré par des familles québécoises et syriennes.

«Ça leur permet d’avoir une activité pour s’impliquer dans la communauté et pour apprendre la culture maraichère», explique le directeur général de l’organisme, Daniel Régimbal.

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *