Communaute
20:24 13 juin 2012 | mise à jour le: 13 juin 2012 à 20:24 temps de lecture: 4 minutes

Journée sans maquillage: 500 étudiantes de la Seigneurie relèvent le défi

Pour une deuxième année consécutive, quelque 500 étudiantes de l’école secondaire de la Seigneurie ont relevé le défi de se présenter sans maquillage et de demeurer belles au naturel pendant 24 heures.

Responsable de cette activité contre l’hypersexualisation, l’enseignante en éthique et culture religieuse en cinquième secondaire, Sarah Bouchard, avait toutefois ajouté un volet cette année en invitant les mamans des étudiantes à faire comme elles sur les lieux de leur travail.

«Trois élèves ont réussi à convaincre leurs mères enseignantes à relever le défi à l’école et à prendre la pose avec elles lors du grand rassemblement à l’agora sur l’heure du midi. Ce fut un moment très agréable qui j’espère entraînera d’autres mamans à faire de même pour encourager leurs filles à demeurer belles au naturel», souligne Mme Bouchard qui a réussi cette année à faire rayonner le projet en dehors de l’établissement dans plusieurs foyers et entreprises de la région.

«Tout est mis en marché pour nous amener vers un visage parfait. On camoufle, on masque, on hydrate, on illumine, on poudre, on matifie, on égalise, on colore, on estompe, on triche, on fixe, on fait scintiller et hop! L’an prochain, on reprendra les discussions et on continuera la réflexion», ajoute l’enseignante, on ne peut plus fière que son projet ait obtenu une belle visibilité dans le Beauport Express, à Canal Vie, Rouge FM, Vrak TV et dans le magazine Elle Québec.

Un reportage tourné à l’école

Lors de ce rassemblement à l’agora, un reportage tourné à l’école par des étudiants en communications du Cégep Limoilou, Jessica Ferland et Alexandre Michael-Robitaille, anciens finissants de l’école, a été présenté aux élèves et tous ont ensuite été invités à écrire sur un papier auto-collant un message en lien avec l’estime de soi et les journées sans maquillage.

Ces courts textes, sur lesquels on pouvait lire par exemple «Parce qu’au naturel, on est beaucoup plus belle» ou «La vraie beauté se trouve à l’intérieur» ont par la suite été affichés sur une bannière. L’activité s’est terminée par une remise de prix de participation, sans maquillage bien sûr, offerts par plusieurs partenaires de la région.

L’obsession du corps parfait

Au terme de cette deuxième expérience, Sarah Bouchard croit fermement que les jeunes ont pris conscience de l’ampleur du phénomène. «À l’extérieur de nos murs, on entend encore des gens parler d’un mouvement de gauche ou d’une initiative purement féministe, alors que le problème est bien réel dans la société et c’est ce que nos élèves ont été en mesure de constater. L’image véhiculée par les médias et l’obsession du corps parfait sont de plus en plus présentes et directement liées à une faible estime de soi chez nos jeunes», estime l’enseignante.

«Il est primordial pour le parent d’entreprendre ou de continuer les réflexions et les discussions reliées à ce sujet et je crois sincèrement que les journées sans maquillage sont une bonne courroie de transmission. L’idée n’est donc pas de bannir à tout jamais le maquillage, mais bien de prendre conscience de notre relation avec celui-ci. Quand il n’est plus possible pour nous de ne plus se présenter en public sans maquillage, quand nous croyons que notre crédibilité ne sera pas la même sans mascara et rouge à lèvres, il est signe qu’il y a un cheminement personnel à entreprendre», conclut Mme Bouchard.

Pour plus d’information, on peut visionner le reportage sur le site http://www.youtube.com/watch?v=EZN0xLWKqfw . Beauport Express, membre du Groupe Québec Hebdo.

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *