Communaute
14:07 1 janvier 2015 | mise à jour le: 1 janvier 2015 à 14:07

Stéphane Chum-Chhin représentera l’Université Laval à la simulation des Nations Unies

DIPLOMATIE INTERNATIONALE. Habitué de relever des défis depuis son tout jeune âge, Stéphane Chum-Chhin de Beauport sera bientôt confronté à un autre de taille. L’étudiant en administration des affaires fait partie de la délégation de l’Université Laval inscrite à la prestigieuse simulation du National Model United Nations qui se déroulera du 22 au 26 mars au siège social de l’Organisation des Nations Unies (ONU), à New York.

Membre de l’Association de la Simulation des Nations Unies de l’Université Laval, Stéphane Chum-Chhin a vécu toute sa jeunesse à Beauport et y demeure encore.

«Toute ma vie, j’ai relevé des défis de taille. Je suis parti étudier six mois au Danemark. J’ai effectué du développement d’entreprises en Chine et maintenant je m’apprête à représenter l’Université Laval à l’ONU dans le cadre d’une simulation internationale de diplomatie qui va regrouper plus de 400 universités à travers le monde», souligne l’étudiant qui vise un diplôme d’études supérieures spécialisées en comptabilité.

Une belle opportunité

Faire partie de cette association qui recrute, organise, gère, forme et entraîne la délégation de l’Université Laval représente pour lui, à la fois, un défi et une belle opportunité d’approfondir ses connaissances dans le domaine de la diplomatie internationale.

«Peu importe le résultat de la simulation, le plus important sera le cheminement. Jusqu’à présent, je me suis noué d’amitiés solides et de personnes inspirantes qui gagnent à être connues. Est-ce que plus tard je voudrais être diplomate? Je ne me ferme aucune porte. Cette simulation offre une chance unique pour les étudiants de mieux comprendre les rouages des Nations Unies, tout en développant des habiletés nécessaires à un bon négociateur. Cette expérience consiste pour les apprentis diplomates à proposer des résolutions, des rapports ou rendre des décisions en répondant aux problèmes de maintien de la paix, des droits de l’homme, du développement économique et social et de la protection de l’environnement, le tout au sein de divers comités et agences formés sur le modèle de ceux des Nations Unies», ajoute le futur délégué.

Créer une sagesse collective

L’organisation de ce séjour à New York est appuyée par le recteur de l’Université Laval, Denis Brière. L’association en est à 24e participation et la délégation compte 26 délégués diplomates et six chefs délégués, tous des anciens d’expérience ayant déjà participé à cette simulation. L’Université Laval y a remporté plusieurs mentions d’honneur et prix. Sa notoriété est reconnue et elle entend perpétuer la tradition.

«La délégation se renouvelle d’année en année pour offrir la chance aux nouveaux d’y s’initier. Comme à chaque année, le recrutement est très compétitif et se déroule en début septembre. La délégation réunit plusieurs étudiants du 1er et du 2e cycle provenant de plusieurs domaines d’études différents. Le but est de créer une sagesse collective et d’encourager l’échange d’information. Parmi notre délégation, nous avons des étudiants en médecine, en pharmacie, en droit, en microbiologie, en administration des affaires, en hautes études internationales, en économie, en langues modernes, en enseignement et en politique. Malgré nos domaines respectifs, plusieurs intérêts nous rassemblent comme les enjeux internationaux, les droits humains, les politiques étrangères. En général, nous sommes tous des gens qui ont beaucoup voyagé», précise Stéphane Chum-Chhin.

Recherche de financement

«Le grand défi à chaque année est de réussir à assembler les fonds nécessaires pour réaliser le projet. Malgré que l’initiative soit appuyée par le recteur, l’université ne dispose pas de budget d’une telle envergure pour l’organisation. Cette année, le projet coûte plus de 39 000$. Ce n’est pas donné ! Pour mener à terme la campagne de financement, nous devons effectuer plusieurs activités comme du ramassage de canettes et de bouteilles consignées, des soirées festives, la vente de bougies du carnaval et de café, ainsi que la recherche de commandites auprès d’entreprises», conclut l’étudiant que l’on peut appuyer en communiquant par courriel à stephane.chum-chhin.1@ulaval.ca .

Pour plus d’information, visitez le site https://www.asnuul.asso.ulaval.ca/ .

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *