Communaute
20:24 26 février 2013 | mise à jour le: 26 février 2013 à 20:24 Temps de lecture: 4 minutes

Nadya Gaudet prête à relever le Défi des Sables

Technologue en radio-oncologie au Pavillon Carlton-Auger de l’Hôtel-Dieu de Québec, Nadya Gaudet de Saint-Gabriel-de-Valcartier participera, du 18 au 26 mai, au Défi des Sables, une expédition pédestre dans le désert de l’ouest américain. Son objectif est d’amasser le plus d’argent possible pour la Fondation du Centre hospitalier universitaire de Québec (CHUQ) en vue de financer une cause qui lui tient à cœur, le projet de fabrication de prothèses mammaires externes personnalisées de sa collègue et amie, Louise Desmeules, la seule épithésiste au Québec.

«C’est avec beaucoup d’enthousiasme et de motivation que je me prépare à relever ce défi que je ferai en compagnie de trois femmes extraordinaires, Kathleen Gendron, de Cap-Rouge, en rémission d’un troisième cancer du sein, Martine Lambert, du quartier Saint-Sauveur, technologue en radio-oncologie comme moi, et Louise Desmeules, du secteur Saint-Pascal, une véritable artiste en santé. Notre équipe porte le nom «Les Amazones» pour rappeler que dans la mythologie grecque les Amazones étaient un peuple de femmes guerrières. La légende dit qu’elles avaient coutume de se couper le sein droit afin de pouvoir tirer à l’arc à flèche», souligne Mme Gaudet.

«La recherche est très importante et il faut la supporter. Cependant, cette cause m’interpelle plus particulièrement, car même avec toute la recherche qui se fait sur le cancer, chaque jour plusieurs femmes subissent l’ablation d’un sein suite à cette maladie. Le projet de fabrication de prothèses mammaires externes est donc pour ces femmes qui devront vivre le reste de leur vie avec le vide laissé par l’ablation d’un sein», ajoute la mère de trois enfants qui a pris comme engagement d’amasser 6 500 $, tout comme les autres membres de son équipe pour prendre part à cette expédition.

Une motivation nourrie au quotidien

Pour Nadya Gaudet, il s’agit d’un grand défi personnel, mais d’abord et avant tout d’une grande volonté d’appuyer sa collègue et amie Louise Desmeules dans son projet.

«Cette motivation à mener à bien ce projet est nourrie au quotidien puisque, en tant que technologue en radio-oncologie, je suis témoin des séquelles tant physique que psychologique que l’ablation d’un sein peut engendrer. Je le fais donc pour ces femmes déjà mastectomisées et pour les prochaines, qui sont de près ou de loin, dans l’entourage de chacun de nous. Cela est une triste fatalité», confie Mme Gaudet.

Comme les prothèses commerciales actuelles sont faites sur les mêmes moules, difficiles à immobiliser et à s’adapter au corps de celles qui les portent, Louise Desmeules expérimente un nouvel appareil de numérisation qui saisit des données en trois dimensions de la cicatrice sur laquelle sera appliquée la prothèse.

Plusieurs activités de financement

Qui dit levée de fonds dit activités de financement et Nadya Gaudet a déjà recueilli 2 300 $ grâce à la vente de pâtisseries, un pool du Super Bowl à l’Hôtel-Dieu, un moitié-moitié sur le département de radio-oncologie et des dons de personnes dans son entourage.

«D’autres initiatives sont à venir comme la vente de chocolat de Pâques sur un modèle unique créé par Louise et qui sera confectionné par la chocolaterie Erico, le tirage d’un voyage et la vente de jolis napperons fabriqués par le cercle des fermières», note Mme Gaudet qui s’entraîne quatre heures par semaine en vue d’être en forme pour marcher de cinq à neuf heures quotidiennement pendant six jours dans la région désertique du Grand Canyon.

Les personnes intéressées à effectuer un don en ligne pour appuyer sa cause sont invitées à cliquer sur cet hyperlien http://donation.fondationduchuq.org/Pages/Participants/Participant.aspx?participant=1298

Le Jacques-Cartier, membre du Groupe Québec Hebdo.

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *