Communaute
20:48 27 février 2013 | mise à jour le: 27 février 2013 à 20:48 Temps de lecture: 3 minutes

Bilan de santé favorable dans la Capitale-Nationale

La Direction régionale de santé publique de la Capitale-Nationale a présenté son troisième Portrait de santé de la Capitale-Nationale 2012. Deux constats s’imposent, soit les résidents de la région vivent plus longtemps et en meilleure santé que la moyenne des Québécois.

«Depuis notre dernier portrait, l’état de santé continue de s’améliorer. Nous étions sur une amélioration entre le premier et le deuxième portrait. L’espérance de vie s’améliore. Les indicateurs relativement aux bébés à leur naissance s’améliorent aussi. La mortalité par maladie cardiovasculaire diminue. La mortalité par certains cancers diminue», a commenté le directeur régional de la santé publique de la Capitale-Nationale, Dr François Desbiens.

Toutefois, la Direction régionale de santé publique de la Capitale-Nationale cible des aspects à améliorer. «On demeure avec des problématiques de tabagisme élevées par rapport aux autres régions canadiennes, une épidémie d’infections transmissibles sexuellement et encore des personnes en besoin d’aide alimentaire», précise cependant Dr Desbiens. Malgré la situation économique en hausse, 5,3 % de la population vivent de l’insécurité alimentaire. L’une des causes de cette croissance évoquées par Dr François Desbiens est la présence de travailleurs à faible revenu dans les organismes d’aide alimentaire. Il y a 20 à 25 ans, cette clientèle ne faisait pas appel à ce type de ressources de première ligne.

La consommation abusive d’alcool est plus fréquente dans la Capitale-Nationale. La région obtient un taux de 22,5 %, le plus élevé au Canada. «Présentement, on fait face à un problème de surconsommation abusive. On analyse et on ajustera nos interventions en temps et lieu», a fait valoir le directeur de la santé.

Depuis 2000, une diminution du tabagisme est observée. Un recul est constaté en ce qui a trait à la mortalité par cancer du poumon chez les hommes et par cancer du sein pour les femmes. Une hausse est notée chez les personnes de sexe féminin quant aux décès liés au cancer du poumon. «Elle serait reliée directement au tabagisme de celle-ci ayant commencé dans les années 1960-1970», soutient Dr Desbiens.

Les infections transmissibles sexuellement et par le sang sont en croissance depuis les dix dernières années. «Les personnes se protègent moins, fait valoir le directeur régional de la santé publique de la Capitale-Nationale. Ce que l’on observe, c’est qu’avec l’apparition du sida en 1981-1982, il y a eu pendant une quinzaine d’années une grande peur d’attraper une infection transmissible sexuellement dont le VIH qui était une maladie mortelle. Présentement avec la trithérapie, cette crainte-là est disparue et les habitudes du non-port du condom sont beaucoup plus importantes.»

La population intéressée à en savoir plus peut se rendre sur le nouveau site Internet lancé récemment : http://www.eisscapitalenationale.gouv.qc.ca Québec Hebdo

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *