Communaute
18:48 2 août 2013 | mise à jour le: 2 août 2013 à 18:48 temps de lecture: 3 minutes

Azimut Santé soulève l’importance des environnements favorables aux saines habitudes de vie

Près d’une trentaine de représentants des milieux communautaires, municipal, de la santé, des garderies et de Québec en forme ont participé, dernièrement, à la deuxième rencontre de sensibilisation d’Azimut Santé sur l’importance des environnements favorables aux saines habitudes de vie.

Dans le cadre d’un dîner santé présenté au Centre de loisirs Monseigneur-De Laval, Émilie Sirois, kinésiologue au Centre de santé et de services sociaux (CSSS) Québec-Nord, a entretenu les participants sur l’urgence de rendre les choix sains plus faciles à faire et les choix moins sains plus difficiles à faire.

«Il est important d’agir immédiatement en ce sens en essayant de mieux rejoindre les groupes vulnérables et les milieux défavorisés par des actions concertées impliquant une diversité d’organismes à caractère communautaire culturel ou sportif», a mentionné Mme Sirois.

Selon la conférencière invitée, il est primordial de renverser la progression de l’obésité due à la sédentarité et aux quelque 30 heures par semaine en moyenne passées devant la télévision ou l’ordinateur par de plus en plus de gens de tous âges.

De beaux exemples de succès

Coordonnatrice à Azimut Santé, Mélanie Lachance a profité de l’occasion pour présenter des initiatives qui ont obtenu du succès auprès de la population au cours des dernières années.

Elle a rappelé l’ouverture au Centre communautaire des Chutes du Comptoir Accès Sport qui recueille des articles usagés et les redonne gratuitement, l’aménagement des jardins communautaires à Montmorency, ainsi que la création de nouveaux parcs de quartier adaptés aux résidents, après la tenue d’une consultation publique pour mieux identifier leurs besoins.

Quelques suggestions ont par la suite été émises par les participants à l’atelier sur les environnements favorables aux saines habitudes de vie à l’effet d’implanter davantage de supports à vélo à proximité des bibliothèques, des écoles, des terrains sportifs et des commerces pour inciter les gens à bouger et être actifs de façon quotidienne pour améliorer leur santé.

Des environnements défavorables

Un restaurant-minute avec poste d’essence près d’une école, un quartier n’ayant pratiquement aucun arbre, une cour d’école entièrement asphaltée, un dépanneur annonçant des boissons énergisantes à demi-prix, une école primaire et un quartier sans accès à une piste cyclable ont été ciblés, par ailleurs, comme des exemples d’environnements défavorables aux saines habitudes de vie.

 

Beauport Express, membre du Groupe Québec Hebdo.

 

 

Les deux animatrices de la rencontre, Émilie Sirois, kinésiologue au Centre de santé et de services sociaux (CSSS) Québec-Nord, et Mélanie Lachance, coordonnatrice à Azimut Santé, ont invité les participants à identifier sur un jeu les environnements favorables et défavorables aux saines habitudes de vie. (Photo Michel Bédard)

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *