Beauport Express
09:39 4 mai 2021 | mise à jour le: 4 mai 2021 à 09:39 temps de lecture: 2 minutes

Un incendie qui fait jaser

Un incendie qui fait jaser
La maison en 1969. Photo gracieuseté - Inventaire monumental, Fonds MCCQ, BANQ, E6,S8,SS4,D90,P12.

PATRIMOINE. La Société d’art et d’histoire de Beauport (SAHB) n’est pas du tout satisfaite de la destruction de la maison Michel-Louis Juchereau-Duchesnay. L’immeuble historique a été la proie des flammes le 23 avril dernier et la SAHB a imploré le gouvernement de resserrer les lois sur la préservation du patrimoine.

La maison après un incendie en 1998. Photo gracieuseté Fonds SAHB- Nicole Lizotte.

«C’est un élément important du patrimoine beauportois qui vient de disparaître. C’est la conséquence des effets du vandalisme puisque la maison était fréquentée illégalement depuis plus de deux décennies, mais surtout de la négligence des propriétaires successifs des 50 dernières années à qui il aura fallu que le ministère de la Culture impose des mesures de protection qui, finalement, n’auront servi à rien! La faiblesse des lois sur le patrimoine qui, jusqu’à maintenant, empêchaient les municipalités d’intervenir ainsi que les tergiversations municipales des dernières années quant à l’achat du bâtiment auront fait le reste», mentionnent la coordonnatrice générale Mélina Poulin-Plante et le vice-président histoire et patrimoine de l’organisme, Pierre Drouin.

Cachet historique

L’immeuble a été construit en deux volets (1810-1816) et représentait le dernier vestige des familles seigneuriales de Beauport selon la SAHB. La maison a été habitée par le couple Michel-Louis Juchereau-Duchesnay qui était l’époux de Charlotte-Hermine-Louise-Catherine de Salaberry jusqu’en 1817-1818. La maison serait restée dans la famille seigneuriale jusqu’en 1842.

En faire plus

La SAHB souhaite maintenant qu’une fouille archéologique soit réalisée afin de recueillir les vestiges reliés à l’occupation du lieu. C’est également le souhait de la SAHB qu’une mise en valeur du site in situ soit entreprise dans le cadre d’un parc thématique incluant l’utilisation des vestiges du bâtiment (fondations de la maison et laiterie) ainsi que des objets de culture matérielle qui seront recueillis lors des fouilles (quincaillerie d’architecture et objets de la vie courante).

La SAHB invite les intéressés à la préservation du patrimoine beauportois à se manifester sur le site web de l’organisme.

Articles similaires

Commentaires 0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *